Follow @PG_Birganj Tweet

E3 2012 : notre bilan

salon du 5 au 7/06/2012 à Los Angeles

Cette année, la couverture de PG Birganj pour l'E3 fut particulièrement concrète. En effet, depuis notre passage au format Birganj, nous prônons ce côté statique et posé pour une lecture hebdomadaire. Mais, parce que la refonte nous a boosté, et parce que « merde, l'E3 quoi ! », nous sommes réellement passés en mode 24/24. Vous avez pu voir les streaming comme il fallait et les news et commentaires de conf en temps réel. On vous a même concocté dans la semaine une grosse sélection de diapos. Et on a été très à jour dans nos compte-rendus de conférence Microsoft, Sony et Nintendo. Autrement dit, si vous avez été sur PG cette semaine, vous devez déjà avoir accès à ce qui est ressorti de l'E3... Ce bilan sera donc un peu différent, vous aurez une critique globale du salon, ajouté à cela les compte-rendus qu'on a déjà rédigé puisqu'il est inutile de se répéter.

Ça carbure au lexomile

Vous le savez, l'E3 coûte cher. Très cher. En 2007 et 2008, l'E3 se déroulait soit dans un hôtel à Santa Monica, soit dans une seule salle du Convention Center pour cause de coût trop élevé. Depuis que nous sommes revenus à une édition relativement normale, on note aussi un enthousiasme décroissant. Si vous relisez nos précédents bilans (mais qui sont archivés qu'à partir 2009 justement), vous voyez que la lassitude avait déjà commencé à s'installer, ainsi qu'un manque évident de surprises. Les années passent et les leaks explosent grâce (ou à cause, c'est selon) aux réseaux sociaux et la recherche insatiable de son petit buzz. Du coup, zéro surprises sur cet E3. Excepté quelques choses ici et là comme le Xbox Smart Glass consistant à relier, via une appli, votre smartphone ou tablette à votre 360. Ceci fut néanmoins leaké dans la journée avant la conférence Microsoft... Preuve d'un problème de plus en plus évident dans la communication de ces grosses sociétés. Cette année, le jeu vidéo a tout de même subi un gros coup de mou économique. Nintendo a subi des pertes, Sony s'enfonce où le prix de son action est au plus bas depuis les années 80 et chaque éditeur-tiers a ses propres problèmes. Sauf un. Ubisoft. Aussi étonnant que cela puisse paraître, Ubisoft n'ayant pourtant pas brillé ludiquement (à part Rayman Origins) a affiché une sérénité financière le long de l'année, lui permettant d'afficher un aplomb étonnant lors de ce salon suicidaire.

Au milieu de ces CoD, de ces Halo 4, Gears 4, GoW IV, MoH, Battlefield, FIFA se trouvait un Ubisoft très varié et au taquet sur tous les fronts. La société française a voulu en mettre plein la gueule aux « gamers » avec leur Splinter Cell : Blacklist et leur Assassin's Creed III, très parentés dans leur gameplay certes mais qui témoignent d'une certaine efficacité de leurs projets AAA. On en a eu pour les casuals, avec du Just Dance 4, franchise à succès qui a permis à la firme de rester au top des charts toute l'année. Et on a eu du support de nouvelles machines, avec surtout la WiiU. Ubisoft était l'éditeur ayant présenté le plus de choses concrètes sur la machine Nintendo. Assassin's Creed III était de la partie sur ce support mais surtout ZombiU. Même si ça rappelle furieusement Red Steel sur Wii où l'on y trouvait un FPS basique aux features mal maitrisés, Ubisoft a au moins le courage de s'afficher ouvertement aux côtés de Nintendo. Et si Warner Bros a tenté de faire pareil avec son portage de Batman : Arkham City et sa démo qui ramait de Lego City, c'est bien Ubisoft qui sauve la mise de Nintendo. Le constructeur lui-même s'appuyant sur un New Super Mario Bros. U ultra classique, un Nintendo Land n'étant qu'un ensemble de mini jeux à la Wii Sports et un Pikmin 3 qui semble très classique et pas prêt d'arriver en fin d'année. En associant ZombiU, Just Dance 4, un Rayman Legends (probablement multi mais montré que sur WiiU) et un portage d'Assassin's Creed III, Ubisoft a montré la diversité de son catalogue à venir sur la console de salon au double écrans. Ubisoft a continué dans le social en offrant une exclusivité à la Vita de Sony : Assassin's Creed : Liberation. Un spin-off qui se déroulera à la Nouvelle-Orléans en incarnant une nouvelle héroïne (oui oui). Le gameplay semble le même que celui de la série comme il se doit. Le reste sera de savoir si c'est bien optimisé et intéressant. Ubi s'est senti tellement en forme qu'il s'est permis de ne pas présenter Rainbow Six : Patriots, son FPS cinématographique toujours en développement. Enfin, clou de la conférence : next-gen.

Un flambeau qui se transmet

Les rumeurs ont été nombreuses et insistantes cette année concernant la Xbox 3 alias « Durango » et la PS4 mais les deux constructeurs ont tenu bon. Il faut rentabiliser cette génération. Microsoft s'étant même permis d'affirmer à la presse que la 360 sera encore active pendant deux ans. En sachant qu'il y a toujours un lap de temps important entre l'annonce d'une machine et sa sortie, il faudra attendre les nouvelles consoles pas avant 2014. Et ce n'est pas forcément plus mal. En effet, les rumeurs actuelles sur les possibilités des nouvelles machines étaient très impressionnantes puisque la 360 était censé accueillir la dernière génération de CG Radeon d'AMD. Pourtant, une sortie console n'arrive jamais à égaler le hardware haut de gamme d'un PC... Et si, bizarrement, cette next-gen pouvait s'enflammer ? C’est en tout cas ce que trois éditeurs ont tenté de faire passer comme message. Ubisoft a été le premier à étonner avec Watch Dogs. Une sorte de GTA-like où un hacker tente de faire la révolution dans un monde surveillé 24/24 par des ordinateurs. La démo surprise était jouable mais seulement dans certaines limitations. En gros, on voyait le héros se dirigeait dans une ville futuriste mais réaliste dans son manteau de cuir virevolter sous le vent et briller sous la pluie ; puis entrer dans une sorte de hall d'entrée en train de causer et et hacker son environnement pour retrouver un PNJ. Enfin, la démo tentait de nous montrer que tout pouvait se contrôler dans cette ville ouverte, comme provoquer un accident de la route. Ce fut terminé par une fusillade cover-shooter. Cette démo qui ressemblait plus à un montage de concepts (puisqu'on ne pouvait rien faire d'autre que de suivre ce fil rouge) était surtout incroyablement beau. On reconnaissait un moteur un peu proche d'Assassin's Creed mais infiniment plus détaillé. Des passants variés, animés et une qualité de particules et de reflets ingérables sur nos consoles actuelles. Sans compter l'esquisse de gameplay montré qui associait liberté d'exploration, liberté d'interaction et spectacle de shoot, était bien trop ambitieux pour une génération actuelle. Enfin, une société aussi expérimenté qu'Ubisoft sait très bien qu'on ne lance pas une nouvelle licence dans une génération en fin de vie. Petit rappel : Assassin's Creed est né sur génération PS2 pendant l'élaboration de Prince of Persia mais a été concrétisé sur next-gen à cause de sa trop grande ambition. Watch Dogs suit exactement ce cheminement. Même si Ubisoft a listé le jeu sur PS3-360 et qu'évidement cette démo tournait sur PC, cette licence est vouée à tourner sur next-gen. Autre démo surprise, ça venait de Square Enix. Un Square Enix ultra timide dans ce salon. On aurait pu pensé que maintenant que la société est à moitié anglaise (rachat d'Eidos), elle s'avance plus à l'E3. Mais on n'aura pas de Thief 4. Juste de la démo bien avancée de Hitman et Tomb Raider. Mais, et ça c'était inattendu, on nous a dévoilé le travail de leur nouveau moteur appelé Luminous Studios Engine. Une démo technique, entièrement en temps réel, appelé Agni's Philosohpy, vaguement lié à la saga Final Fantasy dans un monde un peu réaliste (on croit même voir une bouteille de coca-cola servir de potion). C'était superbe. Très coloré, dynamique, blindé d'effets de lumière et encore une fois de particules dans les éclairs d'armes à feu ou dans la préparation de potion de l’héroïne. Le public a du mal à croire que c'est du temps réel. On est d'accord pour dire : attention, c’est une démo technique, ça n'a pas pour but d'être un jeu vidéo et donc être interactif. Une démo technique ambitieuse est censé placer la barre très haute à atteindre pour la next-gen. Histoire d'appuyer la crédibilité de cette démo, le Président de Square Enix a confirmé que ce moteur était conçu pour unifier le moteur japonais Crystal Tools (conçu pour Final Fantasy XIII mais réutilisé pour Tomb Raider, donc des maps assez ouvertes) et le moteur occidental Frost 2 utilisé pour les jeux d'action intense comme Hitman. Square Enix ambitionne de concevoir un moteur pleinement fonctionnel et modulable pour n'importe quel type de jeux. C’est extrêmement ambitieux mais surtout très intelligent. Square Enix travaille sur l'importance de l'occidentalisation de la technologie utilisé en jeux vidéo sans renier l'histoire du jeu oriental. Une thématique qui préoccupe beaucoup de développeurs japonais sur cette génération de consoles. Une génération de consoles très mal anticipé par la majorité du Japon et ayant eu du mal à la fois à concevoir sur PS3 mais aussi à s'adapter sur une console à laquelle ils ne misaient pas du tout : la 360. Rares sont les jeux japonais à avoir été multi dans la génération PS2-Xbox-GC. Square Enix envoie un signe fort à travers ce moteur présenté très tôt : le studio veut rattraper son erreur de cette gen PS3-360 où trop de ressources ont été perdues (le moteur a dû être retravaillé en amont pour être porté sur 360 ; la team de Tetsuya Nomura qui ne s'en sort pas, une occidentalisation tardive mais qui demande aussi beaucoup d'investissement, etc). Mais comment savoir si ce moteur si génial sur le papier peut tourner sur les consoles next-gen ? Deux choses : soit, les constructeurs travaillent main dans la main avec ses partenaires tiers (ce qui est fort probable, Crytek a affirmé avoir travaillé dessus ; Epic aussi et on y reviendra) ; soit Square Enix met la barre très haute pour forcer les constructeurs à être ambitieux. Et ce propos, Square Enix l'a plus ou moins confirmé par la voix de Yoichi Wada en insistant que la démo avait été aussi conçu pour montrer qu'on peut et que l'on doit franchir un palier important.

On l'a dit, on a jamais vu une nouvelle console était plus, ni même égal à un PC haut de gamme. Il est fort possible que les éditeurs décident de mettre la pression sur les constructeurs pour ne pas faire les crevards dans le choix de l'architecture définitive de leur machine. Puisque les promesses vaseuses on connait. Un peu comme quand certains pensaient que la WiiU allait être plus puissante qu'une PS3-360, l'an dernier. Quand on voit ses jeux, on est juste dans ce qui se fait actuellement. On osera même dire qu'un ZombiU et un NSMB ne feront aucun mal à notre 360 de 2005. Enfin, le moteur le plus « crédible » et sûr était l'Unreal Engine 4. Epic Games a été très clair, ce moteur est conçu pour la next-gen. C’est clair et net. Bien qu'il tournait sur un PC muni d'une carte graphique nVidia GTX 680 (qui vaut actuellement environ 500 euros), le moteur se montre donc. Déjà les réfractaires au UE3 à cause de son abondance de textures blindé de reliefs en trompe-l’œil vont toujours tirer la gueule. Oui, le défaut de l'UE3 reconnaissable entre milles par l'abus de textures en faux relief est toujours là. Pour ça, on espère que le moteur soit plus souple d'utilisation pour les développeurs, histoire de les inciter à l'exploiter au mieux. Mais le point fort était : lumière dynamique et particules. La next-gen jouera à fond sur ces particules. Les étincelles de lave montrées chez Epic, la pluie venteux de Watch Dogs ou les magies de Final Fantasy sont et seront les stars de la next-gen.

Gérer des millions d'effets dynamiques est extrêmement gourmand, même aujourd'hui sur PC, il est donc assez rassurant de voir que l'on mise sur l'optimisation de ces effets. Maintenant, ce ne sont que des effets tape-à-l'oeil et comme d'habitude, un outil doit être bien manié. Ce n'est pas en rajoutant des gouttelettes toutes les 5 minutes de jeu qu'on va s'éclater. Mais ce que l'on peut extrapoler est que si ces trois démos techniques tapaient aussi forts en effets dynamiques, cela veut dire que les next-gen devront avoir une très grosse puissance de calcul et une bonne mémoire vive. Ce qui est extrêmement important pour afficher une profondeur de champs sans clipping pourri, ou démultiplier les interactions à calculer en temps réel, etc. Et ça, c’est du tout bon pour les gameplays riches et fouillés. Ce n'est pas rien si Watch Dogs, le seul prototype de jeu jouable ambitionne d'être ouvert à la GTA.
Si dans l'ensemble, cet E3 était aussi drôle qu'assister à un enterrement (et finalement mater Microsoft se débattre avec son micro Kinect, voir Sony s'attarder sur un jeu pour enfants et Nintendo galérer à vendre sa machine n'est pas si loin), on a pu recommencer à rêver et fantasmer. Ce principe de l'E3, qui nous vend du rêve où il faut lire entre les lignes pour déceler le crédible du fake, est tout de même de retour. Et elle nous en dit un petit peu sur les ambitions futures. C’est maigre mais c’est toujours ça de pris.

La dure réalité présente

Ce petit moment éphémère où l'on écarquille les yeux passé, les vieilles habitudes reprennent : oui bon, c'était chouette mais on en entendra reparler que dans un an minimum. Pas avant. Passé ce moment naïf à se toucher sur les éventuels possibilités next-gen, on revient sur Terre et on doit faire semblant de s’extasier sur une DS de salon où notre pad géant servira à lire une map ou cliquer sur un inventaire... Su-per. Pour couronner le tout sur cette console merveilleuse, on n'a ni prix (ah si, plus cher que 200 euros... pour une nouvelle console, on dira que c’est logique), ni réelle date. Nintendo l'annoncera probablement lors d'un de ses évènements en marge du TGS (vu qu'il n'y va jamais). On nous parle de fin d'année 2012 mais quand on voit l'avancée des jeux comme NSMB et ZombiU (les deux jeux les plus probablement prêts d'ici Noël), on se dit que ça va pas être la joie.
Tout en sachant que les éditeurs-tiers privilégient les portages faciles (dont la plupart est occupé par d'autres équipes comme Gearbox qui a délégué la chose à Demiurge Studios), cette WiiU part sur de mauvaises bases. Un petit peu comme la 3DS finalement qui s'annonçait totalement dispensable en soit, mais avec l'annonce d'un superbe Kid Icarus pour le line-up pour finalement arrivé un an plus tard (rappelons qu'on veut nous faire croire que Pikmin 3 sur WiiU sera prêt pour Noël, alors que c'est -le méticuleux- Miyamoto qui s'en occupe, qu'on a juste vu un petit échantillon et que bref, on connait la chanson). A l'heure actuelle, la 3DS cartonne grâce à la sortie en urgence de Mario et Mario Kart mais n'est pas soutenu par les tiers. La conférence « spécial 3DS » n'a fait que le confirmer où seul Konami assurait avec son Castlevania : Mirror of Fate, le reste n'étant que portage d'Activision et Lapins Crétins d'Ubisoft. La WiiU suit-elle ce chemin ? Et que dire du public de la Wii ? Notre nouvelle console est conviviale, on peut y jouer jusqu'à 5 mais pour profiter de la motion control, il faudra entasser les accessoires ? Quel est donc le message de Nintendo qui est donc en avance sur la next-gen ? « Sa » next-gen... Qu'est-ce que Nintendo compte faire ?

On se demande si lui même le sait au vu de sa très faible assurance dans la présentation de sa machine : deux conférences pour la présenter et nous envoyer du message marketing à base de « on veut vous connecter tous ensemble sur WiiU » alors qu'au final, concrètement le salon nous montre juste une console qui a un second écran tactile telle une DS... Vous voyez comment vous jouez sur DS ? Le tactile peut servir à viser ou sélectionner, mais aussi d'inventaire. Ben là ce sera pareil mais sur console de salon avec graphismes de PS3-360. Il ne va pas falloir chercher très très loin. La feature consistant à streamer un flux vidéo entre sa manette et sa console est aussi très floue car à l'heure actuelle, on n'a rien vu en direct de cet élément. Seul un mini-jeu du Nintendo Land permettait d'afficher le jeu sur les deux écrans, excepté que le fantôme du jeu était visible uniquement sur portable... C’est très faible. Le concept et fantasme vieillot du multi-screen est tout de même apparu à l'époque de la PS3 et PSP. En effet, la PSP (et la Vita aussi) peut streamer tout ce que la PS3 affiche. Avant une mise à jour, on pouvait même jouer au jeu Lair sur PSP ! On nous promettait aussi la feature d'utiliser l'écran PSP comme rétroviseur pour Gran Turismo. Ça paraît stupide aujourd'hui, mais à l'époque ça faisait fantasmer. Sauf que c’est du gadget. Tout comme la GBA reliée à la GameCube était gadget et n'a été utilisé que sur deux jeux multi-joueurs : Final Fantasy Crystal Chronicles et Zelda : Four Swords. Ici, ce gadget devient concept unique d'une nouvelle console à plus de 200 euros. Elle n'y reconnaitra que deux mablettes mais avec un débit du flux vidéo divisé par deux... En fait, vis à vis de la connectivité GC-GBA, on peut presque dire que l'on régresse puisqu'on branchait quatre portables/manettes... Certes, c'était filaire mais son utilisation n'est pas différent de ce que sera cette mablette : inventaire, map, de la gyroscopie légère et bref, tout ce que fait une DS ou 3DS.

Concrètement, faut bien l'avouer, cet E3 cartonne dans sa médiocrité. Une médiocrité croissante depuis 2009. Mais est-ce que cela n'est pas non plus dû à la fin de vie de cette génération de consoles ? Tout cela est bien aidé par les (vraies-fausses) fuites du web, bien sûr, mais que peut nous offrir une industrie voulant rentabiliser au maximum ses vieux moteurs sur ces vieux hardwares enfin maitrisés (et encore, certains diront que ce n'est pas forcément le cas) ? On enchaine les suites (Halo, Gears, God of War, Crysis et évidement Marios), les reskins de gameplay uniques (Assassin's Creed/Splinter Cell, Uncharted/Tomb Raider, Heavy Rain/Beyond, MoH/Battlefield/CoD), les concepts ultra mercantiles (LPB Karting, All-Star Battle Royal, Dance Central 3), on essore ainsi les moteurs et fond de tiroirs.
C’est la fin. Et de la fin viendra éventuellement quelques surprises. On pense très fort à Sega et son Yakuza 5 et son nouveau moteur qui arrive un peu tard, finalement... On en a encore pour deux ans de curent-gen donc il va falloir se farcir les jeux qu'on appellera poliment « efficaces » (à savoir, sans surprises). Tiens, d'ailleurs, il y a des fans qui attendent un Persona 5 avec tout nouveau moteur ? Là encore, ça arrive tard mais ça fera parti de ces fins de vie un peu à rebondissements. L'E3 2013 devrait être celui de l'annonce des next-gens. A moins que les constructeurs misent sur leurs propres évènements, ce qui n'est pas non plus impossible. Mais ça ne viendra pas maintenant. Sony a encore trop à miser avec la sortie en fin 2013 de The Last of Us et Microsoft semble vraiment persuadé d'exploiter Kinect. On assiste à la typique fin de vie d'une génération. C'est normal, c'est la routine, on est blasé à mort, les éditeurs eux-mêmes le sont et travaillent en coulisse sur l'avenir. Le reste consiste à faire bonne figure pour ne pas faire flipper ces investisseurs à l'affût de la moindre perte... Tout va bien, tout se déroule comme les constructeurs l'ont prévu... A l'exception peut être de Nintendo, à côté de la plaque.

Microsoft - compte-rendu de conférence

Microsoft a donc dégainé le premier à l'E3, comme le veut la tradition. Et comme la tradition le veut, Microsoft a usé de ses charmes (dollars) pour faire venir une montagne de guest-stars et surtout des éditeurs-tiers pour meubler leur conf. On attendait au moins un vague prototype de la Durango, la troisième Xbox. Il n'en fut rien. Microsoft nous avait pourtant prévenu ces derniers mois : "on mise sur la formidable potentiel de Kinect". Ben on a été servi.

Kinect : parler n'a jamais semblé aussi chiant

La star du show était bien sûr Kinect. Don Mattrick était comme toujours le présentateur principal de la conférence et nous a sorti rapidement, après un rapide trailer de Halo 4 (où on n'est pas plus avancé), le fameux Kinect. Pas de panique, les grands gestes d'ourang-outang n'ont pas eu lieu ! Microsoft a retenu la leçon. En fait, chez Kinect 90% des nouvelles features étaient liés au micro intégré et non aux mouvements. Dans FIFA 13 et Madden, on pourra donner des ordres de tactique par la voix comme l'a montré la star de la NFL Joe Montana, qui nous a gratifié d'une superbe pub : "j'ai l'impression de reprendre ma carrière". Hohoho trop réaliste ce Madden... Plus sérieusement, dans ces jeux de sport, la voix constitue plus comme un raccourci tactique comme lorsque l'on utilise la croix dans FIFA.
Ubisoft a aussi présenté son Splinter Cell : Blacklist où on pourra alerter les gardes grâce à Kinect. Ce Splinter Cell utilise le moteur d'Assassin's Creed : mêmes mouvements, mêmes scripts d'ennemis stupides mais avec un gun, ça parait encore plus offensif. En tout cas, on ne sera pas dépaysé pad en main. Le jeu sort au printemps 2013 sur 360 mais bien sûr aussi sur PS3. Microsoft a pris l'habitude d'emprunter quelques jeux phares d'éditeurs-tiers pour meubler un catalogue vite limité. Tomb Raider y est passé aussi et sans surprises, il copie le même rythme, les mêmes scripts, la même visée et la même physique qu'Uncharted. South Park était aussi présent mais pas de in-game, juste une chouette vidéo nous affirmant que le jeu (PS3-360) sera un dessin animé jouable et épique (y aura de la magie, des géants, etc). Trey Parker et Matt Stone ont cachetonné 1mn30 pour balancer trois vannes et une anecdote sur la conception du jeu chez Obsidian. Comment cartographier South Park ? Fut un sacré challenge pour offrir un minimum de crédibilité pour placer la maison de Kyle ou encore l'école.

Pourtant, Microsoft a encore quelques jeux sous la manche : Halo 4 et Gears of War Judgment. Mais bizarrement, Microsoft n'a pas jugé bon de les mettre en valeur, se contenant de vanter son Kinect. Déjà présenté l'an dernier, l'interaction vocale de sa Xbox 360 a encore été présenté ici. On nous dit que c'est encore plus fluide toujours en réutilisant le moteur Bing de Microsoft. Il suffit de dire "Xbox :" et ensuite le nom de la rubrique ou du fichier à consulter. Et ce, en plusieurs langues. C'était aussi promis l'an dernier, faut croire qu'il y a eu du retard. On a pris beaucoup de temps sur ça et nous a annoncé le navigateur Internet explorer pour la Xbox. Pas sûr que les utilisateurs de Firefox et Chrome aient été impressioné par cette annonce. Ca avait filtré dans la journée mais Microsoft a aussi présenté son Xbox SmartGlass. Un software qui permet de streamer un flux vidéo de votre Xbox jusqu'à votre smartphone et tablette. Pour le jeu Halo 4, celà permettra d'afficher une map ou un inventaire. Exactement comme la WiiU donc. Ce Xbox SmartGlass permettra aussi de contrôler votre Xbox à distance via votre téléphone. Même si la distance n'a pas été effectuée, il est peu probable que l'astuce fonctionne via internet obligeant alors l'utilisateur à laisser allumé sa Xbox... Notez au passage que le "remote contol" existait déjà entre la PS3 et la PSP et continue d'exister sur PS3-Vita.

Microsoft a aussi insisté sur le multi-fonction. Le XLA (gold) permettra donc d'afficher de nouvelles chaines sports associés à ESPN : NBA, NHL notamment. Ce sont des chaines du câble, donc payant à la base. Microsoft en a profité pour présenter Xbox Music, un utilitaire pour gérer sa musique : créer des playlists et avoir accès à sa bibliothèque, etc. Ce sera dispo sur Xbox mais aussi smartphones et tablettes.

On s'est amusé aussi devant la présentation de Nike sur un certain Kinect Fitness. Un jeu de remise en forme donc, sponsorisé par Nike et pour placer aussi un peu de pub pour des pompes... Ce moment de la soirée fût particulièrement pénible. Mais pas autant quand Usher (le mec qui fait du R'n'B) arrivait sur scène pour danser trois minutes en promo de Dance Central 3 d'Harmonix.

Il nous a semblé voir une lueur d'espoir quand le "Don" a annoncé trois nouvelles licences 360. Un certain Ascends : New Gods. Le développement semblait vraiment peu avancé (textures au sol affreuses, vide, ennemis copiés-collés et eprsonnage qui glissait). Il s'agit en tout cas d'une copie de God of War un peu tribal et médieval. On bute des squelettes et des géants sur fond de QTE. Les deux autres titres se sont payé le luxe de ne rien dévoiler du tout de concret. Loco Cycle semblerait être un mix de WipEout (ExtremeG) et Tron. L'autre est un jeu Kinect avec une boule dans des décors abstraits... Ca sent le sapin.

Enfin, la stuppeur fut à son comble quand l'ultime grande annonce de la soirée était... une démo soporifique et "déjà vue" de Call of Duty : Black Ops II... Triste.

On aura pu tout de même voir entre deux du in-game de Resident Evil 6 (lui aussi sur PS3 et 360) joué avec Leon. C'était très très fluide et dynamique (rien à voir avec RE5) et tapait dans des gros coups de savate pour se dégager des zombis, des grenades et des explosions de fou matinés de cut-scenes intenses. Ce sera très cinématographique.

Globalement la conf de Microsoft était très très pauvre, puisqu'il n'y a aucune réelle annonce... Microsoft essaie (comme Sony l'a essayé et essaye toujours) de créer un ensemble "Xbox". Des softs Xbox sur son smartphone, tablette, tenter de les interagir avec sa console, rajouter des chaines de télé pour fidéliser le public... Vendre des shooes Nike en achetant un Fitness Kinect histoire d'obliger l'obèse moyen à s'acheter un mnimum de conscience sanitaire... Bref, c'était très très "people", dans les deux sens du terme. Microsoft tente d'implanter du Xbox dans le quotidien de l'américain moyen en survendant sa marque Xbox avec des vedettes (Joe Montana, Usher, marque Nike, Parker et Stone, etc). C'est franchement malsain créativement parlant. Et surtout, le joueur est largué. Doublement s'il n'est pas un beauf américain.

SONY - compte-rendu de conférence

Couché à 5H du matin après avoir regardé la conférence de Sony, c'est le lendemain matin que je m'aprête à rédiger le compte-rendu. En fait, ce compte-rendu ne sera pas très compliqué car la conférence de Sony a été plus proche de celle d'un éditeur-tiers que d'un constructeur.

Sony comme à la Redoute

Comme chaque année, Jack Tretton a présenté la conférence devant un public blindé aussi excité que les fans de Justin Bieber. L'homme nous a sorti un disocurs de remerciement des fans qui ont soutenu la marque, que ça faisait 17 ans que Sony était là dans le jeu vidéo et avec du recul cette introduction annonçait la couleur : Sony est rôdé à la conf E3. Si bien rôdé qu'ils ne sont pas foulés pour cette année.

Ca commençait pourtant fort bien, d'emblé David Cage arrive sur scène et représente la France avec plus de succès qu'Angun à l'Eurovision. Le prochain projet de Quantic Dream se nomme Beyond : Two Souls. Cage explique quelques thématiques du jeu : vivre toute une vie, passer par plusieurs stades d'évolution : apprentissage, la tolérance, la maturité, etc etc. Il évoque la vie après la mort et on comprend que Beyond sera un peu surnaturel. Le trailer le confirme.
Une jeune femme appelé Judie, interpêté par Ellen Page (autant en voix qu'en Mocap comme le veut la tradition QD) connu surtout dans Juno de Jason Reitman, semble muette, sans cheveux est retrouvé perdu au milieu de la route par un policier. Le trailer est en temps réel et fait tout simplement parti du jeu. On devrait vivre plusieurs moments de son histoire à cette héroïne puisque le trailer nous la dévoile avec quelques années de plus, muni aussi d'explosions, d'action et quelques créatures aperçus vite fait. Le tout traqué par le Swat. Par contre, les détracteurs de Cage n'auront pas fini de déverser leur rengaine puisqu'on a eu droit à aucun passage de gameplay. Rappelons que pour Heavy Rain, les choses avaient été joués sur le tard avec un aveu de déception pour Cage n'ayant pas réussi à captiver le public lors du GC 2010. Ca veut dire que le jeu sera surement jouable qu'en session privé par la presse.

Passé cette annonce, on nous a dévoilé du Playstation All-Star Battle Royale en version Vita, à quatre joueurs, en direct. On confirme que c'est bordélique et ça ne nous a pas vraiment convaincu. Nathan Drake et le Big Daddy de Bioshock seront des personnages jouables.
Toute la conférence n'a été qu'un enchainement sans temps morts et sans chiffres de la part de Sony. Tant mieux dans le fond mais tout ça été décousue comme si on éfeuiller les pages d'un catalogue... Quand on arrive à la rubrique "Vita", les choses s'éclaircissent. Sony veut appuyer le cross-playing entre la Vita et la PS3 et annonce que Little Big Planet Vita aura de la compatibilité avec LBP2 de la PS3. On ne nous dit rien davantage comme par exemple, acheter deux versions du jeu pour le prix d'un (oui oui on est dingue hein d'imaginer ça). La Vita va voir son catalogue d'applis étoffé dans l'année avec principalement Youtube, mais aussi Music Unlimited, Hulu et tout un tas de trucs américains qu'on n'aura pas en Europe. C'était vraiment rapide et on passe aux jeux. Il n'y en aura que deux : Call of Duty : Black Ops Declassified dont on ne verra absolument rien et dont le développement doit être très en peu avancé ; et enfin celui qui avait fuité Assassin's Creed : Liberation où l'on contrôlera la disciple du maitre des assassins de la Nouvelle-Orleans. Là encore, on a vu quelques rapides images qui semblaient jolies et surtout bel et bien un vrai Assassin's Creed mais c'était très court, on en saura pas beaucoup de plus. Un bundle Vita+AC est déjà prévu mais sans date. Si le bundle est prêt, le jeu doit alors être bien avancé... Mais on repartira de la Vita qu'avec ça... Sony ne dévoile rien du tout pour sa portable qui ne décolle pas. C'est très étrange. Lors de notre critique de la console, on avait bien anticipé que ce seront les japonais qui exploiteront la portable, au vu de l'historique de la PSP mais on aurait quand même pu imaginer Sony travailler sur des titres en Occident... Que nenni.

On a continué ensuite le catalogue avec la rubrique PS Move. Bon, chez Sony on a compris que ce n'était pas la révolution alors on vise le public enfantin en travaillant sur la réalté augmentée. Un Wonderbook avec le jeu Book of Spells en partenariat avec JK Rowling (écrivain de Harry Potter) a été trop longuement présenté. Certes, c'est intéressant : utiliser le Move comme baguette magique et voir apparaitre des dragons et des flammes devant soit qu'il faudra éteindre avec ses mains. Mais hélas, le public était plus du genre gros bourrin à voir de la trippaille. Bien que ce soit une bonne chose de voir Sony diversifier et assumer un autre public, c'était pas trop l'endroit pour y passer vingt minutes. Ca devrait sortir pour les fêtes de fin d'année.

La tripaille, le public l'a eu quand on est passé à une longue séquence in-game de God of War : Ascension. C'est du God of War, on connait la chanson... Le jeu est toujours aussi joli mais les décors montrés étaient plus colorés et plus exotiques (normal ça se passe avant que Kratos pète un câble). On y a vu une sorte de minotaure et un éléphant humanoïde. Ok, les fans ne seront pas dépaysés. La date a été donnée : 12 mars 2013. Puis est venu un enchainement sans transition de The Last of Us de Naughty Dog. Là, ayé on se dit "la machine est en route". Et effectivement on a eu enfin du gameplay dans The Last of Us. Qui est très très proche d'Uncharted : alternance d'avancée sans encombre dans de superbes décors et de scène de fight en zones délimitées. Les fights néanmoins dévoilaient une gestion minutieuse de sa barre de santé (et ouais y a une barre de santé) et une gestion de faibles munitions. Le reste, soit il faut être discret en infiltration, soit y aller au corps au corps aidé par les scripts d'aide de la miss qui nous accompagne.

Puis, on attend et... Ben nan, fini. Ca a duré 1H30. Notez qu'on a eu aussi entre deux du FarCry en multi au pad (pas très excitant) et du Assassin's Creed III en mode "pirate" de bourrin (probablement une intro du jeu).

Sony n'a pas impressioné son public. Il s'est contenté d'enchainer les morceaux sans réelle conviction. La firme a appliqué une règle simple : savoir bien débuter pour accrocher le public et savoir terminer sur une bonne note. Autrement dit : Beyond : Two Souls de Quantic Dream et The Last of Us de Naughty Dog. Le reste ne fut que remplissage et fausses annonces sans images de deux jeux Vita, du PS Move intéressant mais clairement surestimé par Sony vu le temps qu'on a passé dessus, et deux jeux d'éditeurs-tiers d'Ubisoft pour faire genre. On a épluché un catalogue vieillissant et on sent, à l'instar de Microsoft, que Sony ne veut pas prendre trop de risques au niveau jeux vidéo, en vue de la prochaine génération de consoles. Si le rival américain tente de travailler sur son hardware Kinect, Sony lui appuie ses partenaires software (Quantic Dream, Naughty Dog, Santa Monica).

Maintenant, tout ça est bien trop faible pour un E3... Et il faut recontextualiser tout ça. The Last of Us ne sortira qu'en fin 2013, on ne sort pas un Naughty Dog au printemps... Et vu qu'on a encore rien vu de jeu de Beyond, il n'est prévu que pour fin 2013 minimum... Et comme Sony ne va pas faire téléscoper deux blockbusters en fin d'année, Beyond tiendra un planning similaire à Heavy Rain : début 2014. Ca fait loin... Mais on est habitué chez Sony. La différence avec Microsoft est que Sony en a encore sous le coude chez les japonais. On rappelle qu'il y a Soul Sacrifice en développement et le vaporware The Last Guardian, sans compter l'appui des développeurs modestes sur portable.
En attendant, on essort le catalogue et on sert les fesses jusqu'à des jours meilleurs.

NINTENDO - compte-rendu de conférence

Nintendo a séparé sa conférence E3 en deux parties. Un petit avant-goût avec leur Nintendo Direct, qui a duré environ trente minutes où il aura été question de la "mablette" ; puis la totale en conférence E3, le mardi 5 à 18H, heure locale.

Voici ce que l'on a appris.

WiiU GamePad

Tout le Nintendo-Direct s'est basé sur la "mablette" de la WiiU. Vous savez, ce pad avec un écran tactile dedans, qui n'était qu'un prototype l'an dernier. Ici, c'est finalisé et ça a un nom : WiiU GamePad. Ouais, comme "manette de jeu". Au moins, on arrêtera de l'appeler "mablette". Des joysticks à 360% ont été ajoutés mais on pourra aussi les enfoncer analogiquement à priori, histoire de créer une nouvelle forme d'intercation. En fait, il s'agit de la même chose que les boutons L3 et R3 d'une Dual Shock ou des joysticks 360 mais en plus souple. Des formes ergonomiques ont été ajouté pour épouser la forme des mains. Un lecteur de cartes (du genre cartes de réalité augmenté) est présent directement et discrètement (plus besoin de caméra moche si tout se passe bien).

Niveau fonctions, on nous a confirmé ce que l'on savait déjà : le GamePad pourra créer un flux vidéo avec le téléviseur (par l'intermédiaire de la console évidement). On pourra alors recevoir ou envoyer de la vidéo sur la télé. Nintendo juge que ce sera "amusant". Celà pourrait éventuellement être efficace pour regarder quelque chose sur son pad pendant que les autres matent la télé. La WiiU Game Pad pourra aussi être autonome de la console : servir de télécommande universelle mais aussi accéder au "Miiverse". Une contraction très subtile de "Mii" et "Universe". Il s'agit ni plus ni moins d'un réseau social à base de Miis. Vous pourrez inviter vos potes Miis sur votre compte, mais aussi certains Miis liés par pays ou par jeu que vous avez acheté. Le but ? Créer une communauté où vous pouvez échanger des messages, tapés ou dessinés sur tactile et partager vos goûts en jeux, etc... Chacun pourra aussi laisser des messages publiques comme pour demander de l'aide pour un jeu (ce qu'une vidéo présentait en exemple). En fait, il s'agit d'un forum fait de Miis ou dans le meilleur des cas si ça évolue, une sorte de Facebook Miis. Cette partie sera indépendante de la console et pourra être utilisé à l'extérieur vu que c'est lié à internet (forcément). On ne parle pas de 3G pour l'instant, donc ne rêvez pas trop. Le service serait accessible plus tard sur 3DS et autres téléphones mobiles ou tablettes...

Enfin, ce qui nous importe plus qu'un forum de Miis (ce qui a pourtant pris la majorité du Nintendo-Direct témoignant alors l'importance qu'accorde Nintendo à la "réinvention" du web...) : le gameplay. En fait, la WiiU GamePad sera compatible avec tous les accessoires Wii, et surtout on aura un nouveau WiiU Pad Pro. Un pad très classique, composé de manches d'une dualshock/pad 360 et d'un double joystick, preuve que Nintendo veut miser sur les portages de jeux PS3/360 en y ajoutant un pad similaire.

WiiU : don't watch the TV

Après le Nintendo Direct qui a permis à Nintendo d'expliquer le fonctionnement du WiiU GamePad, Nintendo a consacré sa conférence à... Encore au WiiU. En effet, malgré l'annonce furtive de New Super Marios Bros. 2 sur 3DS pour le 17 août et Paper Mario et Luigi's Mansion 2 pour la fin d'année, la 3DS sera mis en avant que mercredi à 18H, heure locale, soit jeudi, 3H du mat.
Tout pour la WiiU donc. Shigeru Miyamoto a ouvert le bal en annonçant enfin le Pikmin 3 que tout le monde attendait depuis la fin de la GameCube (oui quand même). Ca se jouera donc au WiiU Game Pad et la recette n'a pas bougé : les Pikmins doivent se gérer, mais l'ensemble aidé par l'ergonomie tablette. Reggie Fils-Aimé a voulu nous faire gober qu'ils présenteraient 23 jeux WiiU. Ce qu'il n'a pas dit, c'est qu'ils ont tous défilé sur un clip vidéo... Et ce ne sera que du portage PS3-360 : Aliens mais aussi Mass Effect 3 par exemple.

Nintendo a balancé son New Super Mario Bros.U qui n'est d'autre que SMB.Mii annoncé il y a un an. C'est la même chose que sur Wii en plus coloré. Et Kid Icarus U ? Et la rumeur Luigi's Mansion 2 U ? Et les promesses de cross-playing avec la 3DS de l'an dernier ? Rien ! Peut être mercredi mais ce serait étonnant. En fait, l'éditeur le plus fidèle à Nintendo est Ubisoft qui a montré un clip de gameplay de son ZombiU. La mablette servant d'écran tatcile telle une DS : radar, inventaire, clavier virtuel pource FPS faisant furieusement pensé à Red Steele (dans le sens, tentative d'exploitation de l'accessoire).

L'autre éditeur était - et ce fut surprenant - Warner Bros. Interactive qui a présenté son portage de Batman : Arkham City appelé Armored Edition. Ca ne reste qu'un portage, la mablette servant à guider les projectiles par exemple. Mais le portage semble bien avancé vu que c'est le seul portage tier qui sera jouable au salon ! Un bel aveu de désintérêt. Des rumeurs parlent d'une console à l'architecture très différente de la 360-PS3 provoquant quelques difficultés aux développeurs... A prendre avec des pincettes mais le fait est que seul Batman est jouable chez les tiers, avec ZombiU (qui semble quand même peu avancé, compte tenu les features légères montrées en vidéo). Le jeu Lego Universe (annoncé il y a quelques mois, voir années), un GTA-like à l'humour Traveller's Tales sera aussi sur WiiU. Mais ça reste un jeu multi.

La chose vraiment intéressante sur le GamePad est que la WiiU pourra gérer deux GamePad contrairement à un comme c'était sous-entendu. Problème : le débit du flux sans fil est divisé par deux. Pas sûr que ce soit apprecié.

Enfin, Nintendo Land sera un Wii Sports/Play incluant plusieurs mini-jeux pour exploiter la mablette : du tactile vite fait donc ou un jeu sur les deux écrans (télé + mablette)séparés. Vendu avec la console, normalement. Mais pas de date.

Ce qu'a dévoilé Nintendo de sa WiiU est très faible. De concret, il n'y a qu'un Nintendo land, soit 6 mini-jeux à l'intérêt minime ; un New Super Mario Bros. U très proche de la version Wii ; un ZombiU qu'on qualifiera de Red Steel de la U à la compilation de features dispensables. Et enfin, Batman Arkham City, que l'on connait déjà. Ces jeux seront les seuls jouables du salon. Ce qui témoigne d'un gros manque de concrétisation des jeux WiiU. Un an plus tard, on voit et on confirme surtout que les éditeurs-tiers prennent cette console majoritairement comme support de portage... D'ailleurs, Gearbox qui vantait la console en léchouillant Nintendo ne développe même aps ce portage... C'est Demiurge Studios qui est dessus. Ce qui veut tout dire.

Le problème est qu'on attendait quand même du lourd chez Nintendo. Autant, on s'attendait à voir que dalle chez les tiers, autant Nintendo ne se foule pas non plus. Du mini-jeu et un Mario facile... Ca nous rappelle quand même beaucoup les débuts de la Wii. Nous n'avons toujours pas de date de sortie, pourtant soit disant prévu cette fin d'année. Et malgré ça, on a rien de concret à part des features rigolotes mais totalement dispensables. Quant aux détails techniques : distance en local ? Soit disante autnomie de la mablette sans la console ? batterie de la mablette ? Sans compter sur le prix, bien sûr... L'autre chose incongrue est le discours de Nintendo à vouloir forcer le joueur à regarder son deuxième écran... On pose la question, à quoi va servir votre télé alors ? Ok, pour des jeux très spécifiques, jongler sur deux écrans comme une DS (car pour l'instant, ça ne va pas plus loin que ça) sera possible... Mais se farcir un beat'm all en changeant de regard ne sera pas très fun... Ou agréable. Enfin, signe que Nintendo est conscient de s'embrouiller l'esprit : il leur faut diviser leur conférence en trois parties pour bien détailler leur projet WiiU...

3DS : 2012 et pis c'est tout !

Pour sa troisième et dernière conférence, Nintendo s'est donc axé sur la 3DS. On soulignera que le constructeur n'a pas fait comme Sony, à savoir ignorer sa portable. Soyons clairs et concis : il n'y a aucune annonce. Le but de cette conférence étaitde rassurer. Rassurer les joueurs certes mais probablement aussi les investisseurs pour montrer sur une heure que la 3DS était une console supporté et qui va recevoir plein de gros jeux en 2012. Car tous les jeux présentés lors de cette conf sortaient en 2012. La bonne nouvelle, c'est que Paper Mario Stickers Stars, qui est une sorte de Mario RPG où l'on déclenche ses attaques en cliquant sur des auto-collants ; Luigi's Mansion 2, quand même super joli et amusant sortent pour Noël 2012. C'est quand même un très bon point. Malheureusement, ce sont des titres annoncés depuis longue date et on aurait aimé s'amuser à regarder les démos sur scène de Paper Mario et New Super Mario Bros. 2 (qui sent le recyclage de recyclage). Ce qui n'a pas été trop le cas. Paper Mario sera probablement amusant mais mine de rien, la mollesse du titre et sa longueur juste pour résoudre une énigme en apposant un ventilo géant pour faire tourner un moulin était... ennuyeux.

Apparement, si Nintendo dit vrai, Castlevania : Mirror of Fate devrait donc sortir en 2012. On est légèrement étonné si c'est le cas. Le titre est fraichement annoncé et Konami étire régulièrement sa communication autour de ses jeux. Tant mieux si ça arrive car ce jeu sera probablement très bon : du Lords of Shadow en scrolling 2D en fait... Le but sera de réunir les fans old school et les nouveaux en un jeu. On nous dit qu'il fera le lien entre LoS 1 et 2, il a donc aussi un potentiel scénaristique. C'est tout bénef'. Mais on le répète, c'est étonnant si Konami sort son titre aussi rapidement, même si le jeu est en accès libre sur le salon et que l'officialisation de Nintendo est : 2012.

Question nouveautés autour des services 3DS. C'est le néant. Nintendo a tenté de nous faire saliver en présentant une mini-série dédié au service Vidéo de la console. Un truc ringard limite amateur pas drôle appelé Threediots. Faut vraiment que Nintendo arrête de se payer la honte avec des titres au rabais que même TF1 n'achèterait pas pour sa grille de 6H du matin...

On nous a confirmé l'entré de Nintendo dans le monde du démat' puisque le 17 août, New Super Mario Bros. 2 sera le premier jeu à s'acheter en boite et en démat'. Mais ce n'est pas une nouveauté, on le savait depuis plusieurs mois. On a aussi vu un chouette Epic Mickey : Power of Illusion, inspiré de Castle of Illusion sorti sur Megadrive et Snes mais là encore, ça avait déjà été bien présenté il y a plusieurs mois.

Une conférence donc très très classique, sans aucun risque et surtout sans temps morts réel. Et hélas, même avec un tel format censé être efficace, on repart avec cette impression de vide intersidéral. Sûr, Luigi's Mansion 2 et Castlevania seront dans nos 3DS à coup sûr. Mais on n'a pas attendu cette conférence pour s'y intéresser. On aurait aimer vraiment l'annonce de développement, du moins chez Nintendo. L'absence des tiers (résumés à des portages de jeux médiocres comme Transformers, Spider-Man et un Lapin Crétin fatigué) est aussi très surprenant.

Pour son E3 2012, Nintendo donne l'impression d'un constructeur qui s'est épuisé à nous convaincre de la présence du vide... Trois conférences (dont un Nintendo-Direct de trente minutes, certes), une nouvelle console avec la WiiU et une jeune 3DS qui a vu ses ventes exploser cette année. Si avec autant de matière, on n'arrive même pas à surprendre son public, il y a un gros gros problème. Nintendo semble surtout très esseulé dans son développement. Aucun tiers ne daigne se mettre en avant sur WiiU à part Ubisoft et sa propension à s'amuser de gadgets inutiles (ZombiU, alias le Red Steel de la U : du FPS basique avec des features dispensables qui nous amuseront 10 minutes). Nintendo lui même ne présente rien d'impressionant et galère à vendre son concept. Le credo principal était : "Pour notre nouvelle console de salon, on veut que les gens se focalisent sur leur pad, pas sur leur télé"... Effectivement, c'est vendeur, ça s'appelle une portable quoi... Sauf qu'on l'enchaine à une console juste pour streamer un flux video pour former une DS de salon. Voilà, je vous ai présenté le concept de la WiiU et Ubisoft nous le prouve puisqu'il utilise le tactile comme une DS (sous-écran pour inventaire et clavier) et la gyroscopie comme une 3DS. Rien de neuf sous le soleil.