Follow @PG_Birganj Tweet

PG analyse 2010

écrit le 31/12/2010

Une nouvelle année vient de s'achever et il est donc temps d'entamer notre traditionnel bilan de fin d'année. C'est très exactement le cinquième bilan que l'on fait. C'est pas mal déjà, n'est-ce pas ?
On va reprendre une formule classique donc avec un petit mot sur l'année qui s'est écoulée, un œil sur les tops, les flops de l'année, ainsi que les attentes que nous avons pour l'année suivante.

L'année HD la plus intéressante ?

Histoire de cibler un peu l'année 2010, je me suis replongé dans nos avis précédents, principalement de 2008 et 2009 qui étaient globalement décevantes ou en tout cas passables. En effet, la génération HD n'a fait qu’appauvrir l'inventivité des développeurs où nous avions pointé du doigt la tonne de suites en 2008, et le côté « copié-collé » de beaucoup de jeux en 2009, avec plus ou moins de réussites. En 2009, nous avions conclu que ce fût le point d'orgue de la génération HD : des jeux sans réelle inventivité se pompant les uns sur les autres. Si cet aspect du marché est toujours présent malheureusement (la tonne de beat'm all ratés, de cover-shooter déphasés et de CoD-like scriptés), nous avons été marqué par une pointe de prise de risques dans beaucoup de jeux 2010 et surtout une très forte tendance à jouer la carte du spectacle, à très haut niveau, ne se résumant pas des cut-scenes, mais intégrant cette notion dans le gameplay même des jeux comme le montre bien le gameplay original de Heavy Rain, des plans de caméra d'Enslaved, ou des combats dynamiques et épiques de Castlevania. Si le fond reste bien souvent mitigé, la forme a pris un chemin bien plus important cette année. Et nous ne parlons pas forcément de graphismes tape-à-l'oeil mais une tentative de jouer les réalisateurs, de maitriser sa caméra ou de maitriser le travail sonore de leurs titres. Même une licence de Nintendo a essayé de se réapproprier la carte spectacle avec un Metroid munis de cinématiques narratives. Certes, leur utilisation est archaïque, comparé aux moyens dont disposent les développeurs PS3-360 mais la volonté est bien là.

Du coup, cette année 2010 a été la plus intéressante depuis le lancement de cette triplette PS3-360-Wii avec chacun son lot de spectacle, fun, surprises, tentatives ou nostalgies assumées. Cette manière de jouer sur sens du spectacle a aussi été dictée et renforcé par le succès de Call of Duty, cette année avec Black Ops explosant les records précédents. C'est aussi tout un symbole : Treyarch faisant « mieux » que le boss Infinity Ward dont les démêlés judiciaires avec Activision ont ponctuée cette année. On a tout entendu, avec des complots, des menaces, des paiements gelés, bref un règne despotique et tyrannique d'Activision. On ne saura probablement jamais la vérité mais le fait est que les fondateurs d'IW, Zampala et West sont retournés chez Electronic Arts, qui avaient déjà quitté la boutique quand ils développaient Medal of Honor : Débarquement Allié. Dans cette histoire, personne n'est tout blanc, tout noir et n'avons surtout pas la vieille image du « gentil développeur/méchant éditeur ». Il y a un peu de tout dans ce monde industriel qu'est devenu le jeu vidéo. Et un autre studio nous l'a démontré, mais c'était l'an dernier : 3D Realms s'étant fritté avec Take Two. D'ailleurs, la fin de cette histoire a été annoncé cette année. Puisque l'ultime vaporware de l'histoire vidéoludique, alias Duke Nukem Forever va enfin sortir sous 2011, bouclé par Gearbox. Une sorte de petit miracle que l'on pourra joué en 2011, si tout se passe bien... au pad. Ouais, pour l'instant, tout ce qu'on a vu c'est un pad 360, même si le jeu arrivera aussi sur PC et PS3.

D'un point de vue vidéoludique, l'année 2010 est donc une réussite quand on a compris que l'époque dans laquelle nous vivons a bien changé depuis l'apparition de ces machines coûteuses à apprivoiser et exploiter. C'est une année-clé qui représente parfaitement ce qu'est devenu majoritairement le jeu vidéo, tout en étant bien plus apprivoisé que les années passées, en tout logique. Même si nous avons délaissés énormément le fond, il faut avouer la forme a bénéficié de soins particuliers pour bon nombre de jeux. Et par forme, nous parlons de graphismes, direction artistique, son, mais aussi tout l'aspect enrobage d'un gameplay, comme par exemple les jeux à choix multiples que sont Mass Effect 2 ou Alpha Protocol. Les « petits riens » qui font une énorme différence.

Pour PG, ça a donc fait un an qu'il est devenu « Birganj », c’est à dire hebdomadaire et relax, en mettant en avant nos articles toute une semaine, pour avoir le temps de parcourir l'actualité, sans être guidé par le clic compulsif des sites plus traditionnels. On a pu trouver notre rythme, on a aussi modifié des petits trucs en cours de route avec l'ajout de la page « Live » en recensant régulièrement les derniers trailers lâchés par les éditeurs ou les « fuites » (lâchés aussi par les éditeurs ahem ahem). Une rubrique jaquettes et un calendrier mis à jour quand on a de nombreuses entrés (parce que les « vagues 2011 », non merci). Bref, on trouve notre rythme, on avance tranquillou, même si on a pas réussi à prendre le temps d'importer tous les anciens tests de PG. Mais on oublie pas ! Des petites nouveautés arriveront aussi en début 2011... Vous savez, les fameuses « résolutions »... Si on les tient.

Une année globalement bonne, donc, même si le temps défilant à la vitesse de la lumière, il n'est pas évident de tout se remémorer, et pas évident de tout relater. Nous tenterons de faire encore mieux sur PG Birganj pour l'année 2011 (sisi c’est possible...).

Les Tops 2010

Nous entrons dans une rubrique plutôt subjective qui consiste à lâcher les top de l'année. C'est un petit peu comparable au Guide de Noël avec du recul, sauf qu'ici on a cité 10 jeux marquants de l'année. Ainsi qu'une sélection personnelle des rédacteurs du site.

Bayonetta Le créateur de Devil May Cry, Hideki Kamiya, en a marre de voir sa série tomber dans le ridicule. Alors, il décide de non seulement de caricaturer la « pose-attitude » au plus loin (ce qui avait déjà été fait avec le premier DMC) mais aussi de dynamiser, renforcer et aboutir le gameplay du beat'm all. Bayonetta est finalement le gameplay le plus riche du genre : très rapide, bourré de combos différents et de combinaisons d'armes variées. Mais son sens de la dérision en déboulonnera plus d'un... Do you want touch it ?

Castlevania : Lords of Shadow Très dubitatif sur le fait d'avoir encore un Castlevania en 3D, développé par des européens (espagnols) qui reprend la formule éculée de l'action massif à la GoW-like, Castlevania se révèle finalement très prenant, varié, long et difficile avec un gameplay d'action plus subtil et dynamique qu'il n'y paraît. C'est un reboot de la série, ce qui inclut pas mal de « surprises » pour les fans de la première heure...

Darksiders Le jeu indispensable du début d'année. Un excellent mix d'action, d'aventure, de plate-forme, de spectacle baigné dans un univers apocalyptique coloré et très ciblé comic book. Normal, le designer principal est Joe Madureira, le célèbre dessinateur américain, ayant travaillé sur X-Men, Ultimates mais aussi la bande dessiné Iron and the Maiden écrite par Jason Rubbin, le fondateur de Naughty Dog. Tout ça fait que le mélange réussi et subtil de Darksiders a permis de lancer une trilogie qui s'annonce épique.

Demon's Souls C'était déjà le jeu de l'année pour beaucoup de joueurs l'an dernier... Mais c'est seulement cette année que Demon's Souls est sorti en Europe. Un D-RPG long, complexe, difficile où le respawn ne sera pas une fatalité dans un univers mélancolique réussi. En fait, Demon's Souls pourrait se targuer d'être un top 5, deux années consécutives.

Donkey Kong Country Returns Il a fallu longtemps pour retrouver Donkey Kong... Et tout aussi longtemps pour retrouver de la plate-forme millimétré. Donkey Kong nous fera refaire plusieurs fois des niveaux aux pièges parfaitement placés dans un chouette amas de couleurs aux musiques endiablées. Retour aux sources réussi.

Heavy Rain Troisième jeu par les français de Quantic Dream, supervisé par David Cage où le gameplay est au service de la narration. Décrit à tort comme une suite de QTE, Heavy Rain, grâce à sa jouabilité intuitive et naturelle permet de vivre une parfaite osmose entre le joueur et l'histoire qu'il écrit. Dans un thriller où nous incarnons un à un quatre personnages, l'expérience unique du joueur sera dû au mélange de son gameplay immersive à basé de MPAR (grossomodo, des enchainements de boutons mimant la gestuelle des personnages) mais aussi à la réalisation cinématographique solide du titre, grâce à un jeu d'acteur au plus haut niveau et ses très nombreuses fins et embranchements différents. Unique.

Mass Effect 2 Quel plaisir de retrouver son personnage de Shepard dans la suite directe de Mass Effect. Si le jeu est plus devenu un TPS pourrave à l'évolution simplifié qu'un RPG tel qu'il se présentait au départ, le rythme du jeu, la vie insufflé sur les planètes, les PNJ et personnages principaux font que Mass Effect 2 est une expérience sublime et prenante à vivre absolument où le joueur se sent véritablement impliqué dans ses choix. Certes, il peut décevoir à certains endroits trop bourrins, mais l'atmosphère du titre et la qualité des dialogues en font un jeu unique.

Metro 2033 Les russes ont la phobie du nucléaire. Ce n'est pas nouveau. Mais quand un jeune écrivain, Dmitri Gloukhovski, décrit les maux de ce monde via la métaphore d'une catastrophe nucléaire contraignant à la population de vivre sous terre, ça donne le roman Metro 2033. Et quand des anciens employés de GSC ayant travaillé sur S.T.A.L.KE.R. S'intéresser au monde que décrit le roman de Gloukhovski, ça donne un FPS angoissant, claustrophobe, aux munitions limitées et à la gestion de la lumière éphémère. Ca paraît old school à jouer (y a du lean, quel exploit !), mais c'est terriblement bien ficelé et ça mérite le détour. Sur PC, en priorité.

Resonance of Fate Pas un seul bon RPG japonais à se mettre sous la dent sur HD ? On me souffle timidement « Lost Odyssey » à l'oreillette... Mais, dans le genre faire du neuf avec beaucoup de vieux (en simplifié), c'était quand même pas terrible pour cette époque... Voilà que Sega et Tri-Ace nous offre un Resonance of Fate au gameplay original, dynamique mais tatillon avec beaucoup de sous-quêtes, de levelling et un background sortant des sentiers battus. C’est très complet, touchant, drôle, prenant, mais aussi parfois long et frustrant selon les niveaux... C'est le meilleur RPG japonais de cette génération de consoles, tout simplement.

Les Flops 2010

Passons aux flops ! Hahahaha, ça va défourailler dans le lard ! Oooh certaines joueuses seront effarouchées de voir leur jeu tout mimi se faire éclater la rondelle à la barre à mine, mais comme on dit : « c’est l'jeu, ma pov' Lucette ».

Alan Wake « Il ne suffit pas de copier Cetelem, pour faire du Cetelem ». Ben ça pourrait s'appliquer à Alan Wake qui étale fièrement en pleine face du joueur boubourse sa tonne de références littéraires ou télévisuelles (Stephen King pour le fond, et Twin Peaks pour la forme grossomodo) pour faire genre. Alors qu'au final, Alan Wake se perd dans les méandres de son scénario sans fond devenant bien peu cohérent au fur et à mesure que le jeu tourne. Le gameplay, lui, passe au second paln puisqu'il faut diriger un lourdeau d'Alan Wake, viser avec sa lampe des monstres copiés-collés et les buter au flingue en ligne droite dans des forêts uniformes. Le pire dans tout ca, c'est que la suite du jeu ne verra jamais le jour au vu des ventes décevantes du titre. Pour les fans, il reste des DLC couteux pour rallonger le cauchemar d'Alan Wake... Mais dans quel sens ? Ça... Il faut y jouer pour le savoir.

Bioshock 2 Que se passe t-il quand une série perd son créateur dans la suite ? Elle coule. On ne peut pas faire plus juste avec Rapture et son Bioshock 2 qui ne raconte rien d'intéressant et ne fait guère évoluer le gameplay, le rythme et l'intensité dramatique du premier épisode, unique et se suffit à lui-même. Sa suite est pâle, ne sert à rien, et fait perdre la « magie » de Rapture au lieu de l’enrichir convenablement.

Epic Mickey Mickey, vu par le créateur de Deus Ex. Ca semblait bizarre, puis c'est devenu alléchant. Puis finalement, c’est devenu quelconque avec une caméra pourrie. Pour de la plate-forme, ça le fait moyen... On attendait un jeu terrible, on a eu qu'un jeu « assez bon »... Rien de transcendent. D'ailleurs, ce fut le dernier gros investissement de Disney Interactive dans le jeu vidéo, puisque l'éditeur se retire des « gros jeux » coûteux.

Fable III Il était une fois un créateur de jeux vidéo bloqué dans les années 90 qui croyait pouvoir révolutionner le RPG. Il inventa Fable et ce fût un bête A-RPG simplifié rempli de sous-quêtes inutiles. La fable aurait pu s'arrêter là, mais le succès fût au rendez-vous. Au lieu de réellement réaliser les promesses qu'il avait faites, le gentil créateur n'a fait que renforcer ses choix de game design pour manchots. Il en résulte, en 2010, Fable III, un jeu moche, buggé, complètement automatisé, avec pas d'XP, pas de jauge de vie, pas de jauge de magie et une gestion de royaume limité à « bien » ou « pas bien ». C'est une belle histoire, c'est Fable III.

Final Fantasy XIII Un nouvel épisode régulier de la série Final Fantasy est toujours très attendu. Ce fût finalement une douche froide. Malgré de bonnes idées, tant gameplay que background, c'est toute l'ossature du jeu qui est bancale oscillant entre le dirigisme absolue (un couloir) et du levelling poussif (plaine). Au final, ce gros manque de rythme nous empêche d'avoir de bonnes idées concrétisées pour de bons : des personnages attachants mais guère développés, un monde à peine suggéré et toute une mythologie passée en speed. Les combats sont eux, très bons, jusqu'à ce que le levelling poussif nous donne une envie de nausée.

Gran Turismo 5 Cinq ans et des multiples reports et multiples promesses pour un GT4 HD ? Beaucoup de joueurs ont grincé des dents devant un gameplay qui n'a pas bougé d'un poil, et une IA catastrophique dès que la difficulté du jeu augmente. Sans compter la claque graphique attendue qui n'est palpable que sur les voitures dites de « luxe », le restant quelconque, pâle, sans dégâts avec des ombres pixelisés, carrément. On s'fout de not' gueule, comme dirait Matthieu.

Mafia II On l'attendait comme un superbe jeu à l'ambiance très noire, au scénario complexe et à un gameplay libre immersive... Il n'en fût rien. A part quelques beaux décors et une belle tracklist, Mafia II surnage de médiocrité et de gameplay dirigiste et imprécis dépassé. Un jeu simpliste dans tous les sens du terme.

Medal of Honor Call of Duty : produit commercial le plus vendu au monde, dépassant des Harry Potter, Spider-Man, etc etc. Electronic Arts, ancien number One de l'industrie du jeu vidéo, ne pouvait pas laisser son rival tel quel. Il décida de pomper complètement le gameplay et les ficelles de réalisation de Call of Duty pour l'appliquer à sa glorieuse série (mais passée) Medal of Honor. C'est une copie scriptée, molle et incohérente.

Metal Gear Solid : Peace Walker Mais qu'est-il advenu du jeu « Tactical Espionnage Action » Metal Gear Solid ? Cet épisode PSP se la joue « infiltration rigide » totalement dépassé où le héros ne peut pas ramper, jouer avec ses ennemis... Pour terminer sur une avalanche de boss nécessitant de jouer au bazooka avec une caméra foireuse... Tout ça pour un scénario totalement à l'ouest qui sert pour quelques fanboys prêts à n'importe quel sacrifice de leur série tant que nous avons une signature « Hideo Kojima »... Un jeu de bourrin et inutile dans la chronologie de la série.

No More Heroes 2 On prend le même... et on recommence. Un des rares jeux osées de la Wii, No More Heroes ne brille pas par son intérêt sous-jacent, ni par sa subtilité « Otaku-powaaa ». Le 2 arrive à faire pire, dans le sens où rien n'a été amélioré, mais plusieurs choses ont été tronqués. Il ne reste que du beat'm all répétitif, lourding et un effet de surprise totalement dissipé par un manque de renouvellement. Les « geek-attitudes », ça fait p'tet « private joke », mais ça ne va pas plus loin.

Les attentes 2011

L'année 2011 arrive et on attend déjà énormément de jeux, forcément, avec des softs retardés, des softs annoncés depuis belle lurette... Alors, histoire de pas s'embrouiller la tronche avec des centaines de jeux, on a énuméré seulement ceux qui sortent au premier trimestre 2011 (histoire de dépenser vos étrennes), ensuite nos attentes personnelles vont refléter toute l'année.

La 3DS Avant de s'attaquer aux jeux, il faut tout de même rappeler que la Nintendo 3DS va sortir ce printemps 2011 au Japon. Et probablement 6 mois plus tard en Occident. Cette nouvelle portable a comme particularité d'avoir un écran affichant de la stéréoscopie (3D) mais sans lunettes, à l'aide d'une technologie développé par Sharp. Elle dispose toujours d'un écran tactile et est munie de deux caméras (recto-verso). Les premières images de jeu nous montrent quelque chose de similaire à de la PSP, mais on distingue déjà deux types de jeux : de la full 3D (représentés par Nintendo et ses nombreux remakes, plus Kid Icarus) et de la 3D en demi-teinte. C'est à dire des personnages 3D mais dans des décors simplifiés et aplatis, un peu comme le Resident Evil : Revelations se déroulant dans un bateau et donc bourré de couloirs étroits... Si le premier semble afficher une 3D assez clean, la second semble miser sur la qualité des textures pour faire illusion. Au moins, on sait déjà que les développeurs ont différentes façons d'utiliser le hardware. Beaucoup de remakes 64 sont prévues (il n'y a que ça chez Nintendo à part Kid Icarus, Zelda, Starfox) et beaucoup de remakes tiers (Street Fighter IV, Metal Gear Solid 3) ou de portages de licence (Resident Evil, Dead or Alive). On attend d'en savoir plus sur ces titres mais surtout le prix de la console dont la rumeur serait de 250 euros. Nintendo doit justement organiser une conférence à Amsterdam, début Janvier pour clarifier tout ça.

Annonce de la PSP 2 2011 devrait être l'année de la portable. Mais chez Sony, on ne fait pas les choses comme les autres. Si Nintendo a surpris tout le monde en annonçant sa console comme si de rien n'était ; Sony, lui, joue la politique de l'autruche en refusant de commenter les fuites qui parcourent le web depuis quelques années. Au final, on sait de façon quasi certaine que cette PSP 2 aura deux joysticks, une caméra et un pavé tactile au dos. La puissance évoquée varie entre l'utilisation d'un processeur cell multi-core (comme la PS3) et une mémoire vive plus importante qu'une Xbox 360... Si les éléments fonctionnels de la console sont quais certaines, le hardware est lui, plus difficile à cerner. On sait aussi que les studios de développement ont déjà leur kit de développement depuis au moins un an, le but étant de se constituer une bonne ludothèque dès la sortie de la console. Au final, on attend l'annonce officielle de la PSP 2, et pourquoi pas une sortie fin 2011 mais on n'y croit pas vraiment.

Bulletstorm Développé par People Can Fly (les développeurs du bourrin Painkiller), Bullestorm va tenter de se la jouer « scoring ». En effet, dans ce FPS, vous avez plusieurs armes à portée de main permettant d'enchainer quelques combos, plus les combos sont cool, sanglants ou amusants, plus ça vous rapporte des points. C'est un FPS très « badass » avec un héros à la Duke Nukem (pour ses punchlines) et uniquement solo. En gros, ça s'annonce un FPS tout en style (et coloré, en plus).

Dead Space 2 Dead Space : le jeu qui fait peur. Vous avez été nombreux à faire dans votre froc dans ce jeu fortement inspiré d'Alien (mais avec des guns), très sombre, très pesant où les monstres tentaculaires tentent de vous dézinguer. La suite arrive et promet de révéler de nouveaux indices sur cette menace biologique. Elle promet aussi plus d'action, certains seront ravis, et d'autres beaucoup moins.



Dragon Age II Là encore, une suite rapide. Dragon Age avait été très long à sortir (d'ailleurs, le moteur nous le rappelait régulièrement), mais le deuxième enchaine vite. Probablement l'effet « EA ». Mais l'univers heroic-fantasy de BioWare étant plutôt bien foutu, on attend de voir ça. En fait, il y a fort à parier que Dragon Age II subit les mêmes travers que Mass Effect 2 : moins subtil, plus bourrin mais au charme fou... Alors, on surveille ça.

Ghost Trick Un jeu DS à ne manquer sous aucun prétexte (d'ailleurs, la démo jouable est dispo sur PG Birganj depuis plusieurs semaines). Créé par Shu Takumi (Phoenix Wright), nous incarnerons un fantôme qui doit utiliser son environnement pour empêcher un tueur de commettre ses méfaits : posséder des objets pour réussir à l'attaquer ou le faire reculer, etc, tel sera votre lot de réflexions.

Killzone 3 Si le développement de Killzone 2 fût très long et ponctué de news, rumeurs et attentes, ce lui de Killzone 3 a été beaucoup plus rapide et indolore. Ca s'annonce donc sans surprises, mais Sony croit bon nous allécher en faisant en sorte que ce troisième épisode se joue au PS Move (un pack est-il prévu ? Car sinon, tout le monde s'en fout) et qu'il soit en 3D stéréoscopie (quoi ? Tout le monde s'en fout aussi comme en témoigne les ventes décevantes d'écrans appropriées ?). Mais voilà, c'est du blockbuster, et le jeu s'annonce encore plus musclé que le précédent avec des séances en jet pack.

Little Big Planet 2 Ce qui était au départ un jeu de plate-formes créatif est devenu un jeu de création, tout simplement. Little Big Planet 2 va finalement assumer ce qu'il est réellement : un outil de création de jeux... On aura un peu de tout dans cet épisode, on pourra créer des jeux de course, mais aussi des puzzle-games, et on parle même de jeux de rôle (en incluant des dialogues dans des bulles par exemple)... C’est tout simplement énormissime, mais réussira t-il à trouver un public ayant autant de temps à passer pour exploiter tout son potentiel ?

Marvel vs Capcom 3 Un des tous meilleurs jeux de baston de l'histoire vidéoludique revient ! Certes, il est en 3D, certes, il n'a plus autant de personnages, certes, le gameplay a changé mais... … On veut se voir fritter Spider-Man, Wolverine et Iron Man contre Ryu, Dante et Amaterasu ! On attend ça avec impatience !

Charts 2010

On va aussi se permettre de faire le bilan au niveau commercial. Ce qui s'est le plus vendu en 2010. On ne va pas faire de listing, parce que c’est vraiment trop chiant mais on va faire comme notre rubrique charts, un petit paragraphe sur chaque continent.

Europe et reste du monde
Il va falloir vite sortir vos mouchoirs. Car le trio de tête des meilleures ventes européennes... C'est de la Wii. Wii Sports (vendu en bundle, certes, mais ça compte quand même) s'est écoulé à plus de 6,7 millions d'unités, suivi de 4 millions de Wii Sports Resort ! Ca veut dire quoi ? Ca veut dire une part que Wii Sports s'est infiltré massivement dans les foyers, qu'on le veuille ou non. Puisque rappelons que Wii Sports Resort est vendu avec le WiiMotionPlus (sacré bide d'ailleurs, les meilleurs jeux ne l'utilisent pas). Le troisième jeu le plus vendu est Wii Fit Plus (3,4M), lui aussi vendu en bundle avec l'accessoire adéquat. Vous remarquerez que Resort et Plus indiquent que les gens ont acheté la « suite » du titre en question. Ca veut dire que malgré la vente avec accessoire, on sent bien que les gens (ou du moins une majorité) veulent du jeu occasionnel et simple...

L'autre jeu qui a fait fureur, vous le savez déjà, c'est bien entendu Call of Duty : Black Ops, écoulé à 3,4M sur PS3 et 2,9M sur 360, soit grosso merdo 6,3M d'unités vendues (sans compter les PC boites et steam). Inutile de revenir dessus, le succès est conjugué par cette soif de guerre qui animent les êtres humains, mais aussi une grosse campagne publicitaire, ainsi qu'une certaine qualité de jeu, malgré tout (quoique le online pose énormément de problèmes, du moins sur PC).

Ensuite, nous tombons dans le « vrac » si l'on puis dire. Comme vous le savez, les Mario, Layton et Kinect Adventures ou Just Dance 2 se sont bien vendus dans l'année (si vous lisez la rubrique charts). Et ils sont donc bien bien vendues dans l'année (plus de 2M chacun). Mention pour l'increvable Mario Kart (2,2M). Le traditionnel FIFA fait aussi un carton (5M tous supports confondus), là encore pas de surprises. Si on s'intéresse ensuite aux jeux plus... « classiques » et moins « mécaniques », on remarquera le gros succès de l'ex-vaporware Gran Turismo 5 sur PS3, qui frôle de près les 3M. L'autre gros succès exclu est à attribué à Halo Reach avec 1,7M. Le très apprécié (nombreuses récompenses et retours joueurs de qualité) Red Dead Redemption s'est aussi très bien vendu avec 3M (PS3-360) et on est bien content pour lui. On peut terminer en mentionnant Assassin's Creed : Brotherhood qui fait 2M (PS3-360) en à peine un mois de commercialisation. C'est une excellente opération. Sur toute l'année, FF XIII fait autant, par exemple.

Petite surprise : Call of Duty : Modern Warfare 2 (sorti l'an dernier donc) arrive encore à faire quasiment 2M d'unités vendues... Incroyable-ment con mais c'est vrai. Enfin, niveau bides, on peut citer : Alan Wake (330K seulement), Bayonetta (550K), MGS : Peace Walker (230K), Darksiders (moins de 400K).

Amérique du Nord
Comme à chaque fois, vous savez que ce qui a été dit plus haut est valable pour la partie américaine. Tout est pareil hein : Wii-machin, ça a cartonné, CoD aussi évidement (que ce soit le 7 ou le 6), etc. On peut ressortir néanmoins, un bien meilleur succès pour Mass Effect 2 sur 360, puisqu'il récolte 1,6M d'unités vendus, soit environ le double que sur le vieux continent. Donkey Kong Country a lui aussi, passé la barre du million, tout comme Fallout : New Vegas.
En revanche, GT5 n'a pas passé le million aux USA et Halo Reach a percé à 5M d'unités vendus. Par contre, Darksiders double ses ventes aussi aux Etats-Unis, il faut croire que la patte de Joe Madureira a été repéré très facilement par les lecteurs de comics. Pour Alan Wake, le titre fait à peine mieux avec ses 450K, c'est donc une déception commerciale confirmée pour le coûteux jeu de Remedy.

Japon
On passe enfin au Japon et ses goûts « tagada-tsoin-tsoin » (comprenez par là : du gros port'nawak). En effet, toute l'année nous avons vu des ventes tantôt énormissimes pour des suites, mais aussi pour une vieille rom pourrave de Super Mario All-Star sur Wii, tantôt des RPGs attendu se vautrant ou parfois même des gros jeux américains qui rentraient dans le top 10... Au final, il y a deux vainqueurs : Pokémon Noir/Blanc qui rafle 4,8M de ventes en 15 semaines et Monster Hunter 3rd, qui fait un peu plus de 3M en trois semaines. Tous deux sur les portables de Nintendo et Sony, elles aussi toujours les consoles les mieux vendues sur le territoire. Sinon, de vieux jeux sont toujours en tête comme Wii Party (1,3M), New Super Mario Bros (1,3M) ou Tomodachi Collection (1M). En nouveautés, on sera surpris que Super Mario Galaxy 2 n'ait pas atteint le million (900K). Les jeux portables ont eu la côte, comme Dragon Quest VI sur DS (1,3M) ou Dragon Quest Monsters : Joker 2 (1,2M), Inazuma Eleven 3 (860K) MGS : PW (820K) ou encore God Eater (750K). On notera un 500K pour Yakuza 4, un score honorable pour un jeu de salon (support fortement en berne), tout comme pour GT5 mais qui serait plus assimilé à une déception pour cette série habituée à de biens meilleurs scores que ça.

Au final, ce sera une année rentable pour Activision et Nintendo, sans grandes surprises. Avec aussi beaucoup de réussites pour des jeux pas forcément ambitieux au départ (surtout sur Wii) et quelques gros hits qui n'ont trouvé qu'un public restreint (Bayonetta, Darksiders, par exemple). Le jeu le plus écoulé dans le monde est CoD : Black Ops (16,5M), suivi de près par Wii Sports (15,1M), New Super Mario Bros. (10M), Wii Fit Plus (8M), Halo Reach (7M), Pokémon Heart Gold/Silver (6,2M), Super Mario Galaxy 2 (5,6M), Kinect Adventures (4,8M), Pokémon Black/White (4,8M) et Mario Kart Wii (4,5M). Voilà pour les 10 plus grosses ventes de l'année, dans le monde entier (on y a inclus aussi les jeux vendus en bundle aussi, pour ne pas « tricher » en quelque sorte).

Au final, ce sera une année rentable pour Activision et Nintendo, sans grandes surprises. Avec aussi beaucoup de réussites pour des jeux pas forcément ambitieux au départ (surtout sur Wii) et quelques gros hits qui n'ont trouvé qu'un public restreint (Bayonetta, Darksiders, par exemple). Le jeu le plus écoulé dans le monde est CoD : Black Ops (16,5M), suivi de près par Wii Sports (15,1M), New Super Mario Bros. (10M), Wii Fit Plus (8M), Halo Reach (7M), Pokémon Heart Gold/Silver (6,2M), Super Mario Galaxy 2 (5,6M), Kinect Adventures (4,8M), Pokémon Black/White (4,8M) et Mario Kart Wii (4,5M). Voilà pour les 10 plus grosses ventes de l'année, dans le monde entier (on y a inclus aussi les jeux vendus en bundle aussi, pour ne pas « tricher » en quelque sorte).

Man of the Year 2010

Bobby Kotick et l'équipe de PG Birganj vous souhaitent une riche, glorieuse, puissante et hégémonique année 2011 !