Follow @PG_Birganj Tweet

PG analyse 2011

écrit le 9/01/2011

Et de six ! Notre sixième bilan annuel pour PG Birganj. Que ça passe, ça passe, ça passe vite... A chaque année où il faut écrire le traditionnel bilan, on relit ce qu'on avait écrit ces dernières années.
Et sans vouloir casser la joie de la nouvelle année, on écrit un peu toujours la même chose...

Le début de la fin ?

D'un point de vue vidéoludique, ça fait maintenant plus de trois ans qu'on commence à radoter... « Ouiiii y a plus de nouveautééééééés ! » ; « On a que des copiés-collééééés ! » ; « On nous prend pour des vaches à laiiiiiiit ! » etc etc. Cette année, soyons cools. Le monde change, il faut s'y faire. Ce n'est pas à 25 ans qu'on va se mettre à causer comme un sexagénaire, n'est-ce pas ?
Le jeu vidéo a pris son rythme de croisière à base de jeux d'action-aventures linéaires, de séquences scriptées, de fausses promesses de liberté (à quelques rares exceptions près), de style « cinématographiques » tellement pompé qu'on en joue à des pastiches de jeux vidéos... Mais, la pastiche artistique est apparue il y a bien longtemps. L'Opéra Garnier de Paris, par exemple est un des premiers exemples frappant de pastiche dans l'histoire de l'art. Cette architecture, datant du XIXème siècle reprend les caractéristiques forts de plusieurs époques, telles l'Antiquité gréco-romaine (colonnes), rococo (excès de dorures et d'ornements) ou encore art roman (voutes d'entrées). Un peu plus tard, au XXième siècle, la pastiche littéraire sera reconnue grâce à « À la manière de... » de Paul Reboux. Autrement dit, l'emprunt à d'autres auteurs et créateurs est de plus en plus toléré dans la société (si vous suivez l'actualité, vous savez aussi que des politiciens comme Rama Yade se sont permis de copier-coller des passages entiers d'articles de presse dans leur livre mais ça... c'est du plagiat... Qui a finalement été toléré). La pastiche est aussi un moyen de toucher un maximum de cibles puisqu'on y réunit plusieurs ingrédients afin de s'assurer un maximum de visibilité et de qualités dites « rentables ». Un FPS sans scripts d'animations servant de cut-scenes ? Inadmissible ! Un jeu de caisses sans éraflures de carrosserie ? Lamentable ! Un jeu d'action sans phases QTE ? Infamie ! Nous avons aussi droit à des pastiches terre-à-terre recopiant intégralement le succès d'un autre jeu. Cette année, on pense clairement à Battlefield 3 qui a tenté de tout reprendre de Modern Warfare : dans le solo court et linéaire, le multi accessible ainsi que la campagne de communication massive autour du titre... Même s'il n'est pas encore sorti, on a vite vu que le jeu Syndicate (toujours EA) avait repris un univers et un background très proche de Deus ex 3, carton de l'année 2011. Nous avons aussi les recettes simples comme Nintendo sait le faire comme son Mario Kart ou son Mario 3D Land : déjà joué (et vu et entendu) mille fois mais toujours présents. Bref, la pastiche (pour éviter de reprendre le terme « copié-collé ») fait parti des meubles désormais. Il faut s'y faire, on s'y fait ou on s'y fera. C'est un petit peu triste car chaque art ou tout élément créatif se doit de surprendre sa cible afin de le faire réagir. Or, à force de jouer sans arrêt aux mêmes mécaniques de jeux, on commence à tourner en rond et devenir de plus en plus exigeant et indubitablement très critique.

Cette année 2011 a suivi la règle de cette génération HD comme jamais semblant commencer à dévoiler ses premiers manques de souffle. En effet, nous avons vu passer cette année du Gears of War 3, Uncharted 3, Killzone 3, Forza 4, les énièmes Mario, Kirby et compagnie... Nous assistons à la fin de certaines licences de cette génération : qui n'a pas commencé à sentir les prémices de la lassitude devant U3 ou GeoW3, deux licences symboliques de cette génération PS3/360 ? Nous commençons aussi à entrevoir les limites des hardwares présents, où il n'est pas rare de voir de multitudes de bugs, principalement quand les jeux sont multisupports) avec un Skyrim immense mais trop lourd pour streamer des texures (360) ou pour stocker de lourdes données en mémoire (PS3)... Il n'est pas rare non plus de commencer à voir des jeux dits trompe-l’œil de plus en plus flagrant. « Quel jeu magnifique en 60 fps », disions-nous de rage... Et au final, qu'est-ce que Rage ? Un FPS 90's dans des niveaux étroits accessible via un grand désert vide... Des jeux beau mais de plus en plus court ? Est-ce là la nouvelle astuce pour survivre aux prochaines années ? Sony et Naughty Dog ont annoncé un magnifique The Last of Us jouant sur la survie... Ne rêvons pas, nous serons encore confinés... Mais on remarquera que le constructeur veuille tenir sa promesse des dix ans de durée de vie de sa console. De l'autre côté, les premières rumeurs de la prochaine Xbox sont déjà apparus et il se murmure que le premier prototype soit présenté dès l'E3 2012. Tout porte à croire, et on le ressent aussi par la stagnation d'idées et de qualités techniques, que cette génération commence à sentir la fin approcher. Attention, il reste encore beaucoup de jeux à venir, mais on atteint un niveau de non-renouvèlement assez élevé.

Il reste, d'un autre côté, un mince espoir puisque de nombreux jeux sont encore en développement sur ce duo PS3-360. Du côté de la Wii, les derniers jeux arriveront en retard en Europe mais les The Last Story et autre Pandora's Tower sont déjà sortis au Japon. Il ne reste plus grand chose à venir sur cette console que Nintendo tentera de faire suivre sur WiiU. Une WiiU annoncée cette année, d'ailleurs. Il s'agira, grossomodo d'une console à la puissance équivalente (un petit peu supérieur) de la PS3/360 avec un pad ayant un écran tactile dessus. Le prototype E3 étant bien loin d'être finalisé, il est très difficile de jauger quoique ce soit et pour l'instant, on se dirige vers une politique de portages faciles. Mais, la question à se poser est la suivante : Nintendo, étant technologiquement, en retard d'un wagon par rapport à la concurrence, ne va t-elle pas inciter les éditeurs à rentabiliser pleinement leur modèle économique actuelle ? Explication. Développer sur consoles HD coûte horriblement cher. Cela demande plus de temps, d'employés et donc d'argent. Sans compter les lois du marché et de la concurrence, il y a des millions d'euros, de dollars et milliards de yens en jeu.

A l'heure actuelle, en 2011, certains éditeurs sortent à peine la tête de l'eau. En effet, Square Enix a enfin trouvé un bon modèle d'occidentalisation récupérant Eidos. Leur studio à Montreal ayant eu un énorme succès (Deus Ex 3), un autre ouvrira qu'en 2012. Crystal Dynamics (appartenant à Square Enix) travaille sur un nouveau Tomb Raider et une nouvelle licence. Namco Bandai a enfin retrouvé le sourire grâce à des profits principalement axés au Japon mais aussi grâce à une politique d'édition occidentale intelligente (avec Atari, ils sont responsables de The Witcher 2). Capcom se refait une santé grâce à la baston (Street, MVC) et ses Monster Hunter. Ubisoft surfe sur un bon équilibre entre Assassin's Creed et Just Dance et s'en va relancer deux licences : Far Cry 3 et Rainbow Six Patriots. EA dépense comme un fou dans Bioware et Dice ; Activision se la coule douce grâce à CoD d'un côté et les licences Blizzard de l'autre... Bref, si 2011 a encore été marqué par des licenciements et autres faillites, elles ne concernent que des petits studios. La majorité des acteurs du paysage vidéoludique ont trouvé un rythme de croisière économique viable.
Alors, après tant d'années à redresser la barre, ils ne sont pas vraiment presser de s'aligner sur des Xbox 3 et PS4... C'est alors que vient la Wii U. On peut imaginer un plébiscite des éditeurs-tiers pour la console, grâce à une politique de portages peu coûteux et rentable grâce à l'image de la Wii, prolongeant encore un petit peu le délaissement d'ici deux ans de la 360, puis de la PS3.

Si la production actuelle, de cette année 2011, semble vraiment stagner, bien que muni de qualités diverses, il n'est pas impossible de prévoir un petit sursaut en 2012, voir 2013 grâce au décalage technologique imposé par Nintendo et son duo DS-Wii, suivi de la 3DS-Wii. Si l'on ajoute à cela, les difficultés des consommateurs à changer de console comme de chemise, comme en attestent les départs difficiles de la 3DS (baisse de 100 euros en moins de six mois de ventes) et de la PS Vita au Japon (départ très timide à 400 000 exemplaires en trois semaines avec chute vertigineuse à 40K sur les deux dernières semaines), cette génération peut encore tenir trois ans. Cela a beau sentir le « début de la fin », il reste encore un bon bout de chemin d'exploitation et de rentabilité pour lancer de nouvelles machines.

Un PG évolutif

Du côté de notre production, sur PG Birganj, les choses se meuvent lentement, tel un léger courant d'eau fraiche... On ajuste nos rubriques en temps réel, mettons à jour sporadiquement les choses mais on a fait en sorte de toujours d'avoir au moins un nouvel article par semaine. Après, nous avons nos périodes creuses comme avec ces fêtes de fin d'année qui nous reste sur l'estomac... Il est très difficile de se bouger à nouveau... Cette année 2011, nous avons écrit exactement 74 articles. Il y a eu de tout : critiques actuelles évidement, mais aussi quelques oldies à nos heures perdues, quelques retours de bâtons, quelques dossiers focus pour l'E3... Nous avons aussi lancé d'autres rubriques comme les Tickets Ciné. Cela a duré quelques mois avec de très courts billets de plusieurs films par semaine. Il est, hélas, très difficile d'assurer un tel nombre de visionnages et les rédactions qui s'ensuivent, le long de l'année et cette rubrique a été suspendue. Nous avons aussi lancé une rubrique de Most Wanted, qui remplace les previews, cela permet, là encore de manière sporadique, de mettre à jour 10 jeux vidéos que l'on attends avec fermeté. Nous avons lancé quelques téléchargements de jaquettes alternatives en début d'année, pour les jeux qui « méritaient autre chose » que leur jaquette officielle, dira t-on. C'était aussi la sortie de la webserie Mortal Kombat Legacy. Sur ce point, nous sommes plutôt fiers d'avoir été les seuls à proposer de la VOSTFR, sous-titré par nos soins ! Le succès, sur Youtube, fut elle que la Warner a fait retirer les uploads... Heureusement, cela reste accessible sur notre site, dans la rubrique VidZap'.
Malgré notre statut d'amateur, où l'on écrit sur notre temps libre, nous pouvons tout de même être contents de notre mise à jour, que l'on essaye de renouveler comme on peut, tout en assurant un certain nombre de tests régulièrement. Si l'on doit donner une bonne résolution pour 2012, ce serait d'essayer d'encore mieux assurer la stabilité des rubriques annexes pour vous proposer un contenu toujours plus riche et varié par semaine.

On espère que l'année 2012 sera aussi bonne que celle-ci, ou en tout cas, tout aussi régulière, si ce n'est plus. Avec évidement son lot de bons jeux, de bonnes annonces et surtout de surprises. Car une année sans surprises et une année triste.

Bonne année 2012 !