Follow @PG_Birganj Tweet

Parasite Eve II

sortie le 25/08/2000 sur PS1
édité par Square
développé par Squaresoft

La semaine dernière, nous vous avions écrit une critique oldie du premier Parasite Eve, étant donné que le troisième épisode est en développement pour la PSP. En toute logique, nous allons écrire sur le deuxième épisode qui est aussi le seul sorti en Europe. Beaucoup de joueurs ont alors joué à cet épisode sans rien connaître du premier épisode. Des années plus tard, les émulateurs et l'importation facile aidant, certains ont pu alors se rattraper. Pourtant, nous allons voir que PE 1 et PE 2 n'ont absolument rien en commun.

Parasite Evil 1.5

Si vous avez lu notre article sur Parasite Eve, vous savez que Squaresoft avait engagé une partie de l'équipe derrière Resident Evil. Pourtant, le gameplay de PE ressemblait plus à une sorte de RPG. Square voulait son propre Resident Evil, ce sera avec Parasite Eve 2 qu'il atteindra son but.

En effet, tout le gameplay du premier est passé à la trappe pour devenir une véritable copié-collé de Resident Evil. Incluant alors la même rigidité de déplacement et son fameux pivotement détestable et les mêmes plans de caméra. Si déjà une partie de la personnalité du jeu a disparu, ce sera surtout le manque de précision du jeu qui sera pénible. Un Resident Evil un peu lourd dans ses déplacements n'est pas forcément extrêmement gênant quand on sait gérer le timing d'un zombi débile et quand on ne rempli pas un couloir étroit de monstres. Tout comme Capcom ne va pas inclure un plan de caméra masquant l'ennemi si ce dernier est trop dangereux... Or, chez Parasite Eve II, Squaresoft ne va pas s'embêter avec ce genre de détails et va nous saouler avec des petits espaces où les monstres seront particulièrement agiles et jamais seuls. Avec sa jouabilité rigide (qu'on vous conseillera de jouer à la croix alors que le premier épisode peut très bien se jouer à l'analogique), le plaisir de jeu devient très très atténué, surtout à notre époque. Quand Resident Evil 2 était vénéré par les joueurs, Parasite Eve II arrivait et par conséquent nous étions moins regardant sur ce genre de détails. Malheureusement, en 2010, ce genre de trucs marque.

PE avait un esprit RPG très prononcé puisqu'Aya montait de niveaux et il fallait gérer des points de bonus pour augmenter le timing, la vitalité ou les armes de la miss. On pouvait aussi transposer les points de bonus entre les armes. Il y avait une gestion statistique importante, sans pour autant être compliqué. Dans cet épisode, Aya ne monte plus de niveau, ne gère plus de points de bonus mais doit dépenser ses points d'Exp en nouvelles magies. Le joueur choisit donc les magies qu'il veut (offensives, curatives ou tactiques). C'est intéressant et crucial pour la fin de l'aventure bien entendu. Mais terminé la gestion des armes. Désormais, il faudra se débrouiller soit en les achetant, soit en les trouvant dans chaque niveau. Ce qui est terriblement plus classique.

Pour autant, Squaresoft a tenté de rester démarqué de son maitre (Resident) en gardant la notion de HP dans les monstres et en ayant un ciblage automatisé comme un RPG. Sauf que tout est en temps réel il suffit alors de locker avec le bouton « carré » et de tirer avec R1 tout en faisant attention aux attaques ennemis. Attention aux rechargements lents d'Aya, donc. Ce qui est terriblement frustrant, c'ets qu'il faudra vider un chargeur sur un simple ennemi en croisant les doigts pour avoir des coups critiques quatre fois plus élevés que le coup de base... Du coup, on a un jeu qui tente d'être en temps réel et donc plus réactif, plus crédible mais qui garde des écarts importants entre les coups portés et les coups reçus... D'autant qu'à l'instar du premier épisode, il faut rebattre les monstres à chaque endroit. Le jeu demandant alors des allers-retours pénibles pour une simple clé, il faudra se taper les mêmes monstres. Vous pouvez éviter mais vous perdez de l'argent et vous n'avez pas d'exp... Le gameplay n'est donc ni franc, ni maitrisé dans sa partie « RPG limité ». On peut résumer sans grossir le trait qu'il s'agit d'un « Resident Evil avec des magies ».

Une fausse suite de Parasite Eve

Parasite Eve était à l'origine un roman mi-policier mi-anticipation sur la crainte des mitochondries, des organites indépendants fournissant l'énergie au corps humain. Parasite Eve II n'est qu'une énième histoire de manipulation génétique et de clonage, tout ce qu'il y a de plus classique. Alors que le premier épisode insistait sur l'aspect catastrophique que pourrait causer un élément génétique indépendant dans le cadre de la théorie de l'évolution : un mélange prenant entre la science, l'anticipation et le scénario catastrophe (on se souvient que l'histoire du 1 est condensé en six jours de folie) ; le deuxième épisode se contente d'une vague conspiration pour créer des êtres supérieurs... Le scénario n'a absolument plus rien à voir avec le roman d'origine de Hideaki Sena et n'est qu'un scénario banal hollywoodien. Aya a déménagé à Los Angeles et fait partie du M.I.S.T, une section qui se doit d'éradiquer tous les monstres du pays.
En parlant d'Aya, alors que son look assez décontracté de rookie et d'une certaine naïveté empathique était particulièrement attachant, la Aya du deuxième épisode n'est qu'une sorte de « dur-à-cuir » blasé, faussement dépressif et franchement pas du tout travaillé. Si le perso du 1 était empathique (et donc intéressante), celui du 2 est clairement antipathique de part son cliché d'action-woman. De plus, la représentation des personnages plus américanisés nous fait perdre le petit charme du mélange des cultures du premier épisode (un survival-horror qui se passe aux USA mais avec une mise en forme typiquement japonaise).

Techniquement, enfin, c'est le seul truc qui se rapproche du premier épisode, puisqu'on a droit à des décors en 2D pré-calculé d'une richesse impressionnante, toujours aujourd'hui, avec des modeling des personnages plus précis et moins pixelisé que le premier épisode. Le soft est toujours beau à l'œil, encore aujourd'hui et a toujours droit à de petites cut-scenes en images de synthèse, histoire de récompenser le joueur entre deux niveaux intenses. Par contre, la direction artistique globale du titre est bien moins inspiré que le premier épisode qui lui jouissait d'une ambiance sombre presque polar particulièrement décalé dans le thème fantastique du jeu. Le deuxième épisode est assez classique en jouant sur des décors beaucoup plus identifiables et réalistes à défaut de provoquer une ambiance tendue et fumante. Le bestiaire est lui, catastrophique. Tous les monstres du premier épisode étaient clairement identifiables comme étant une évolution d'un animal ou humain existant. Pour ce deuxième épisode, on a monstres qui ressemblent à rien qui ont des têtes plutôt drôles (rond avec des grands yeux et des petites dents formant un rictus déplacé), on a droit à les gros tas de graisse qu'on créé quand on manque d'inspiration... C'est vraiment mauvais de ce point de vue là et on oublie évidement le boss final très très impersonnel (en même temps, vu le pitch on pouvait pas s'attendre à l'équivalent d'une Eve envoutante). La musique, elle, reste de bonne qualité mais ne fait qu'illustrer le visuel... Par conséquent, le style blues avec un son un peu lourd de PE1, on peut le laisser tomber. La musique n'est donc pas aussi marquante.

Si le premier Parasite Eve était loin d'être parfait où on relevait déjà un manque d'équilibre et de cohérence dans le gameplay, il avait droit à un univers bien glauque et décalé pour un scénario catastrophe. Parasite Eve II perd toute le charme du premier épisode pour n'être qu'un Resident Evil muni de magies, mais sans la maitrise de Capcom. C'est un jeu trop bancal dans son gameplay (on sent que la partie « magie » a été forcé et n'est pas le plus important) et bien trop impersonnel dans toute sa direction artistique. Un jeu qui faisait bonne figure à côté de Resident Evil 2 grâce à la faible touche RPG qui est finalement bien trop limité quand on a joué au premier épisode. La popularité de PE II semble avoir été monté grâce à l'ignorance du premier épisode bien plus méconnu que ce RE-like, aujourd'hui dépassé.
Un jeu à faire aujourd'hui si vous n'êtes pas trop hermétique au gameplay ancestral du genre, mais pas inoubliable. Du coup, on peut légitimement se poser la question au vu de sa grande différence avec Parasite Eve 1 : que va nous pondre Square Enix pour le troisième épisode sur une Playstation Portable ?

54%