Follow @PG_Birganj Tweet

Shadow of the Colossus

sortie le 12/02/2006 sur PS2
écrit par Matthieu
édité par Sony
développé par Sony Japan

Sorti début 2006 en Europe, Shadow of the Colossus disposait d’une prédisposition aux critiques positives et élogieuses : c’était le petit frère d’Ico ! Sachant cela, plus besoin de lire les articles, nous savions de suite ce qu’on allait en dire. C’est poétique et singulier, c’est beau à pleurer, les musiques sont fantastiques, bref, une expérience à vivre. Ayant adoré Ico, je voulais bien sur y croire, même si le principe de base me paraissait bien limité, et c’est avec impatience que j’attendais mon exemplaire du jeu, qui est arrivé bien tardivement, il y a à peine quelques mois lors de sa resortie sous forme de PSClassic.

Shadow of Ico !

Je vais tout de même vous rappeler brièvement le scénario ainsi que le principe du jeu. Wanda, le personnage que vous dirigerez tout au long du jeu, après un long voyage, atteint les terres maudites. Terres qui sont le lieu de villégiature de 16 colosses qui, une fois vaincus, permettront au jeune godelurot de ressusciter sa belle.
Armé d’une simple épée, qui vous permet de trouver les colosses ainsi que leurs points faibles, et d’un arc, le jeu se déroulera toujours de la même manière à savoir : recherche du colosse, recherche de son point faible, achèvement de la bête. Et on recommence (sachant qu’à la fin de chaque colosse on respawn au même point de départ). Alors certains vous diront que c’est poétique et touchant. Achever des colosses qui n’ont rien demandé sur des thèmes dramatiques … ça l’est au début. Mais il n’y a aucun renouvellement dans cette recherche d’émotion. Cela devient donc bien vite routinier.
Niveau gameplay, celui-ci n’est pas facilement abordable mais est intéressant (notamment la jauge de grippe). Si seulement son potentiel n’était pas gâché par une caméra hasardeuse et capricieuse ! Les combats à cheval deviendront de ce fait plutôt calamiteux, alors qu’ils auraient pu être abordés en toute sérénité si le boulot dessus avait été fait correctement ! Le plaisir de jeu s’en ressent et c’est bien dommage !

Vide et chiant

Autre point noir : la façon de tuer les colosses. Nous sommes dans un environnement très vaste, sans temps de chargement mais on y reviendra, et nous voilà cloisonné lorsqu’il s’agit de nous attaquer au monstre. Inutile également de vous acharner en essayant de le battre de votre façon. Une seule et unique façon existe pour le faire tomber. Cela donnera d’ailleurs lieu à des scènes scriptées plutôt jolies mais on regrette vraiment l’implication du joueur dans tout ça.

Graphiquement le jeu est beau. Il ne propose aucun temps de chargement si ce n’est lorsqu’on tue un colosse et qu’on revient au château de base. Mais le revers de la médaille est tout de même gênant : de grands espaces qui auraient pu être magnifique mais qui sont … vides. La recherche du colosse devient donc … chiante. Elle devrait être l’occasion de prendre une pause et de contempler un peu le boulot fait sur les environnements mais là … excepté de rares fois, ce n’est pas le cas et on s’ennuie ferme en plus d’avoir mal au pouce à force de marteler la touche « croix » afin de faire avancer notre canasson mollasson !

Globalement on s’ennuie avec ce Shadow of the Colossus tant la progression est sans surprise du début à la fin. Alors certes les thèmes musicaux sont beaux, les colosses ont la plupart du temps de la gueule, mais cela ne compense en aucun cas tous les autres défauts cités plus haut. Ce jeu n’a aucunement les moyens pour rivaliser avec Ico, véritable petite perle vidéo-ludique comme on en fait plus aujourd’hui. Enorme déception !