Follow @PG_Birganj Tweet

Uncharted 2 : Among Thieves

sortie le 14/10/2009 sur PS3
édité par Sony
développé par Naughty Dog

Après une critique très complète de mon compatriote viking Oni il y a deux semaines, j'ai pu à mon tour jouer à cette aventure qu'est Uncharted 2. Ayant vanté les mérites du jeu « old school » qui requiert pas mal de skill avec un scénario très 80's rafraichit par le nouveau regard de Naughty Dog du premier épisode, je me devais d'écrire quelque chose sur Uncharted 2.
Excepté que si j'avais à dire la même chose que dans notre critique, je ne me serais pas emmerdé à écrire... Non, cet article va dans la rubrique « Retour de bâton ». Aïe !

Un charted hâché, s'il vous plait

On ne reviendra pas sur le système du jeu, ou son histoire puisque vous l'avez déjà lu il y a deux semaines, n'est-ce pas ? Au pire, retournez dans la rubrique « critiques ». S'il y a LE truc qui est assez désagréable dans Uncharted 2, c'est que c'est devenu un jeu comme un autre... C'est à dire un jeu qui va sans arrêt entrecouper son gameplay par des cut-scènes pour nous narrer l'histoire et ce, toutes les 10 minutes, toutes les 2 minutes (au début), ou parfois toutes les 30 minutes mais vous aurez toujours toujours des petites cut-scènes sans arrêt qui va couper votre élan... La force du 1 était justement d'avoir des séquences de shoot intense tant sur la durée que sur la difficulté et ensuite notre récompense était soit une cut-scène, soit de l'exploration plate-formes basique tout tranquille. Il y avait cette idée de challenge-récompense dans le montage final. Sauf que sur ce deuxième épisode, nous avons un vulgaire enchainement classique de « le jeu accompagne le scénario » et non l'inverse ou mieux un découpage clair et net pour ainsi garder la pression optimale du jeu et la relaxation de la cinématique. C'était décomposé de la sorte dans le premier et c'est vraiment ce qui était particulier. Un retour au jeu. Et pas l'apologie de la cinématique.

Ce deuxième épisode absolue donc la thèse du premier épisode et suit les jeux très classiques du XXIème siècle qui tend à raconter une histoire en jouant et non l'inverse. L'impact sur le jeu en lui-même est surtout cette manie d'être coupé en plein jeu sans arrêt, ainsi que de suivre des séquences de jeu plutôt courtes. Ce qui gâche le travail de rythme soutenu de la série. Bien sûr, dans cette aventure, Drake &co. ne s'arrêtent jamais et courent partout mais le joueur les regarde affalés dans canapé et non agrippé à son pad pour avancer sans se faire shooté.

Oh mes beaux scripts

Quant au jeu en lui-même, on a vanté l'ajout d'infiltration. Soit. Pourquoi pas. Excepté que ces séquences sont terriblement scriptés et unilatérales. C'est à dire que si vous voulez passer ces séquences, il y aura qu'une seule façon et basta ! Suivre bêtement le script du garde qui va se poster près d'un précipice pour le pousser après l'appui du bouton carré ; ou bien éliminer le premier garde qui est dos à vous pour ensuite avoir le meilleur champ de tir possible...
Bref, de l'infiltration comme ça n'a rien vraiment d'infiltration puisque vous suivrez toujours le script qui finira (à part une séquence ou deux) en fusillade en bonne et due forme.
Du coup, le joueur se sent terriblement brimé par cette « possibilité » d'y aller mollo tout en ayant l'obligation de suivre les actions scriptés. Nous ne sommes pas dans MGS évidement et inutile de croire que votre zone est librement exploitable en infiltration. Il ne l'est pas. Par contre, il l'est dans les séances de shoot.
Le skill nécessaire du premier épisode est toujours là, fort heureusement et ce sera sous la pression des balles ennemis que vous devrez vous en sortir. Le jeu est très costaud généralement en nous balançant l'arrivée de nouveaux soldats par la voie du saint-esprit derrière notre dos (sauf si vous êtes collés au mur, haha). Donc n'essayez même pas de tenter d'analyser leur position puisque de nouveaux arriveront d'on ne sait où. Un peu étrange et surtout « facile » quand on ne voit pas d'où ils viennent. Là encore, c'était bien différent du premier où les ennemis étaient parfaitement placés avec leurs entrées propres et pas planqués grâce à ces décors riches et donc facilement exploitables pour balancer des rafales d'ennemis surprises. Évidement, c'est le jeu... C'est juste que Nath n'est pas extrêmement fluide dans ses déplacements et que le temps de se décrocher de sa couverture (bouton rond), d'en trouver une autre en courant dos à l'ennemi (pas futé), on a le temps de se faire plomber. Si d'un côté, cela assure des piques d'adrénaline à coup sûr, d'un autre côté on a la sale impression de se faire floué.

Donc un gameplay qui est désormais moins cohérent et plus rigide basé que l'avalanche de scripts trop lourds empêchant une véritable fluidité dans notre avancée. Même si c'est intense, c'est surtout plus réducteur qu'auparavant non pas par la « diversité » de ses situations mais au contraire par la rigidité de ses « diverses situations ». L'épisode 2 a beau proposé des séquences plus variées, elles sont du coup nettement moins maitrisés.

Un scénario plus conventionnel

Surpris en lisant à droite et à gauche que le scénario d'Uncharted 2 était plus maitrisé et quand au final, on a un scénario en fait, plus prévisible... Du début à la fin on ne fait que poursuivre le big méchant en suivant un carnet de bord à la Indiana Jones... Là où dans le 1er épisode nous suivions le héros qui allait de surprises en surprises, de trahisons en trahisons, de traque en traque... Dans le 2, on suit tranquillement notre chemin jusqu'à ce qu'on ait une espèce de fausse surprise (on ne va pas spoiler). Un scénario encore plus traditionnelle que le premier épisode qui arrivait tout de même à proposer quelque chose de haletant. Pour ce deuxième épisode, on suit les traces et c'est tout.

Uncharted 2 est finalement une déception vis à vis des bases du premier épisode. Transformant son gameplay skillé de départ en gameplay d'adaptation suivant alors les scripts scnéaristique ou scripts d'action, Uncharted 2 devient un jeu globalement plus standard que le premier avait proposé.
On suit les actions et basta, dans un scénario encore plus tranquille et avec même des séquences de shoot pas aussi bien maitrisés que le premier. La faute à un agencement de level pas toujours bien recherché.

Bref, Uncharted 2 est certes une bonne aventure, riche, rythmé, haute en couleurs... Mais pad en main, on tombe dans des travers stéréotypes très gênants et du coup, on a un jeu qui manque cruellement de personnalité dans son gameplay... là où il avait excellé dans le premier.
En voulant « varier » ses situations de jeu, Naughty Dog s'est un peu éparpillé pour créer un jeu trop dépendant de ses scripts de spectacle. Et par conséquent, on a un gameplay rigide et dirigiste. Belle aventure, mais pas forcément très bon jeu.